«

»

Avr 22

Entretien à « Radio Centre-ville » autour de l’opération « Apportez votre Soupe » du Ramadan 2016

Et si une cuillerée de soupe pourrait faire fondre la glace qui entoure les cœurs ?

En ces temps marqués par la montée universelle de la xénophobie, de la peur de l’autre, du déni des valeurs humaines et de l’islamophobie, plusieurs plumes tentent de prêcher l’amalgame entre Islam et terrorisme et de cracher leur venin au sein des sociétés occidentales pour semer division et zizanie.

Et ce ne seront pas les adeptes de la terreur, de l’autre bord, qui iront se plaindre… Eux qui ne rêvent que d’une rupture fatale entre les civilisations pour recruter à bras ouverts parmi la majorité silencieuse; cette victime collatérale de ce clash entre deux extrémismes ne rêvant que de mettre le Monde à feu et à sang !

Se libérer du cocon de l’isolement et afficher ses vraies valeurs

Face à cette situation alarmante et malencontreuse où les uns tentent d’en tirer profit au détriment des malheurs des autres, il est essentiel, en tant que communauté musulmane, de véhiculer où que l’on soit les véritables préceptes de l’Islam, la religion de modération et du juste-milieu, de l’acceptation de l’autre, du partage et du vivre-ensemble. Autant de valeurs humaines qui commencent à disparaître dans un monde de plus en plus paranoïaque et schizophrène.

Ce ressourcement dans les valeurs authentiques de l’Islam peut se réaliser chaque jour de l’année mais doit s’intensifier lors du mois sacré du Ramadan, qui occupe une place très particulière dans le cœur et l’esprit de tout musulman épris de ces valeurs et soucieux de promouvoir ce faire-ensemble et ce vivre-ensemble au sein de la société d’accueil où il s’est intégré ou tente de le faire non sans difficulté. D’où cette idée si simple d’une opération qui sera baptisée « APPORTEZ VOTRE HARIRA ».

Aller vers l’autre pour donner sans rien attendre en retour

De part la symbolique du geste, cette action sociale si simple, pour rapprocher les musulmans de leurs voisins des autres confessions, peut s’avérer très utile pour lutter contre cette xénophobie rampante et pour promouvoir le vivre-ensemble auquel aspire tout un chacun loin des clichés, des préjugés et des stéréotypes préétablis par l’un ou l’autre des deux côtés de la table de la rupture du jeûne.

Il s’agira en fait d’une série d’iftars collectifs (rien à voir avec les iftars politiques) où les musulmans de tous les pays seront appelés à apporter leur nourriture et leurs bols ou soupières dans des lieux aménagés à cette occasion : gymnases, salles communautaires ou sous-sols d’églises pour les partager avec leurs concitoyens non musulmans, parler et communiquer avec eux, s’amuser, rire et mieux se connaître les uns les autres dans une ambiance conviviale et chaleureuse marquée d’un air de spiritualité qui nous manque affreusement en ces temps-ci.

Ce sera une opération où l’esprit du Ramadan sera le plus dominant avec pour seule devise «donner sans rien attendre en retour», sinon une ouverture du coeur sur l’autre et une oreille attentive à notre interlocuteur, car la force de la société où l’on vit réside dans cette mosaïque de cultures et de religions respectueuses des us et coutumes de chacune d’entre elles.

Certes, cette idée n’est encore qu’embryonnaire, mais notre souhait est qu’elle se concrétise et qu’elle devienne une réalité sur le terrain grâce aux efforts de toutes et tous qui sont appelés dès maintenant à réfléchir à ce qu’ils peuvent apporter comme contribution à cette initiative louable.

L’Appel est donc lancé : Ramadan est pour bientôt, alors PRENEZ L’INITIATIVE DANS VOTRE QUARTIER ET PARLEZ-EN: à votre famille, à votre voisin, à votre collègue de travail car le but est tout simplement de consacrer la générosité et l’entraide sociale entre les différents groupes religieux, ethniques et culturels qui composent la société québécoise et canadienne.

Appel à contribution des ONG, des Centres culturels et de la classe politique

Certes les citoyens musulmans fourniront soupe, gâteux et thé à la menthe. Reste à trouver des toits sous lesquels partager tous ces délices culinaires d’outre-mer… dans le calme et la sérénité, dans des terrains ’’neutres’’, loin des mosquées qui, lorsqu’elles ne sont pas engorgées en ces temps-ci, risqueraient tout simplement de décourager les non-musulmans de se présenter. D’où la nécessité d’impliquer les villes, les Arrondissements ainsi que les élus fédéraux, provinciaux et municipaux pour fournir les locaux et pour apporter leur ‘’grain de sel’’ à l’animation de ces activités, tout au long du mois de ramadan, activités qui ont tout l’air de s’inscrire dans l’objectif du ’’Programme Montréal Interculturel’’ (PMI); à savoir : ‘’encourager les échanges interculturels dans le respect des droits de la personne et des valeurs démocratiques’’.

Elles s’inscriraient également dans la mission des Centres culturels des pays d’origine installés dans les pays d’accueil: Les associations binationales, en partenariat avec ces centres, auraient de la « soupe dans la marmite » tout au long du prochain Ramadan.

A bon entendeur…

Abderrahman El Fouladi. Maghreb Canada Express, Vol. Xiv, N°04, page 03, Avril 2016

Pour lire l’édition du mois d’Avril (format PDF), cliquer : >>

NUMÉRO DU MOIS DE AVRIL (EN FORMAT PDF)