«

»

Déc 09

Participation des MRE aux Side Events de la COP22

Cas de Abderrahman El Fouladi, Climatologue  consultant; exerçant au Canada (www.geops.ca)

Photo : De gauche à droite : Driss MERROUNE, Ministre de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire, Abderrahman EL FOULADI, Directeur de Géo Planète Solutions Enr. et Anthony LECREN, Ministre du Développement Durable et de l’Environnement, au Gouvernement de la Nouvelle Calédonie .

urbanismeImpliqué, au Maroc et avant la tenue de la COP22 dans plusieurs événements en rapport avec le climat, dont le plus important est sans doute le Colloque international ‘’Migrations climatiques : Tendances et enjeux’’, organisé par le ministère chargé des MRE et des affaires de la migration, labellisé COP22 et dont il fut le coordonnateur, Dr A. El Fouladi fut invité à prendre la parole dans 4 Side-Events à Marrakech (Maroc) lors de la COP22; Il s’agit, par ordre chronologique de :

  1. La Conférence Internationale ‘’Architecture et changements climatiques : climat du futur, acte 2 ’’ organisé, sous la haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, le 7 novembre 2016 au Palais des Congrès de Marrakech, par le Conseil National de l’Ordre des Architectes du Maroc. Thème de l’intervention de A. El Fouladi : ‘Maroc et changements climatiques : Les villes côtières face à la hausse du niveau moyen de la mer et à la mobilité humaine’;
  2. Side Event programmé le 10/11/2016, par le Ministère de l’Urbanisme et l’Aménagement du Territoire au Pavillon du Maroc (Zone bleue) autour de la thématique ‘’ La gestion intégrée du littoral, un outil incontournable pour l’adaptation aux effets des changements climatiques’’. Titre de l’intervention de A. El Fouladi : ‘’Vulnérabilité des littoraux aux effets des Changements Climatiques . Quelles mesures à entreprendre ?’’;
  3. Place des compétences résidant à l’étranger en matière d’accompagnement de leur pays d’origine face aux changements climatiques. Side Event organisé, dans la zone verte du village de la COP22, par le Forum des Compétences Canado-marocaines. A. El Fouladi fut invité à donner un témoignage quant à son implication passée au sein du mouvement associatif ainsi qu’à son implication actuelle, en tant qu’individu, auprès d’ONG et d’institutions marocaines pour l’organisation de conférences internationales ayant rapport avec son expertise en changements climatiques;
  4. Side Event organisé, dans la zone verte, par l’ONG Green Refugees sur le thème : L’innovation verte au service des nouveaux déplacés. Thème de l’intervention de A. El Fouladi : : Incidences de la désertification et de la hausse du niveau de la mer induites par les changements climatiques sur la mobilité humaine : Cas du Maroc.

Tout au long de ses communications orales, A. El Fouladi a expliqué qu’en réponse à l’augmentation globale des températures, la hausse du niveau moyen de la mer pourrait s’accélérer plus rapidement qu’entre 1971 et 2010, et ce, en raison du réchauffement accru de l’océan et de l’augmentation de perte de masse des glaciers et des calottes glaciaires (GIEC 2014).

Il a également souligné , qu’en conséquence, les zones côtières marocaines, peuplées d’environ 15 millions d’habitants et contenant plus de 80% de l’industrie nationale, pourraient subir non seulement les impacts physiques des changements climatiques (inondations côtières dues à la hausse du niveau moyen de la mer et aux crues des oueds et rivières, érosion, salinisation des terres et des aquifères …) mais elles pourraient aussi subir la pression de vagues migratoires climatiques (des régions menacées par la désertification du pays comme des pays africains).

Une telle pression, avait-il averti, pourrait peser davantage sur certaines villes en proie à d’autres aléas climatiques (îlots de chaleur, ozone troposphérique…).

Il a en outre plaidé pour une étude de vulnérabilité ‘’multirisque’ des zones urbaines côtières face aux aléas des changements climatiques; étude indépendante du découpage administratif car la menace, explique-t-il, ignore les frontières et peut venir ou s’étendre sur plusieurs territoires.

Une telle étude nationale pourrait aider ,, selon lui, à réviser les schémas régionaux d’aménagement du territoire, tester l’efficacité de la loi sur le littoral ainsi que celle de la législation en vigueur en matière de gestion intégrée des zones côtière et d’environnement ainsi que poser les jalons pour un monitoring efficace des aléas climatiques tout au long de la côte marocaine.

Concernant les ressources hydriques qui risqueraient de se raréfier, A. El Fouladi a plaidé pour le lancement d’un chantier ambitieux d’une ROCADE AQUATIQUE pouvant drainer l’eau des zones pluviales du Nord vers celles arides du Sud; Une idée qu’il avait défendue lors de la Rencontre Régionale: ‘’Adaptation aux changements climatiques au Maghreb : Bilan et Perspectives’’ qui eut lieu à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université Hassan II de Casablanca; en mars 2010.

 S. Aubert,

Source : Maghreb Canada Express, 14ème année, Vol. XIV, N° 12, page 10, DÉCEMBRE 2016   

Pour lire l’édition de ce mois, cliquer sur l’image :