«

»

Août 23

Baisse de l’Aide personnalisée au logement (APL)

Il y a une grande majorité de Français dont je fais partie, qui a voté Emmanuel Macron. Nous n’étions pas dupes, et nous savions que ce jeune président n’était qu’un opportuniste, et nous ne faisions pas d’illusion.

Seulement voilà : Macron est arrivé en final contre Le Pen, alors nous n’avions pas le choix, nous n’allions pas laisser la France aux fachos doublés de racistes.

L’APL (Aide personnalisée au  logement), nous a beaucoup aidés pour faire nos études quand nous étions sans le sou. Alors pour toucher à cette allocation ? Pourquoi ne pas ponctionner par exemple les allocations des députés ou des sénateurs qui gagnent des sommes astronomiques.

Selon Le Canard enchaîné en date du mercredi 2 août, le Président n’aurait pas apprécié l’annonce de la baisse de 5 euros par mois des APL, qui n’apparaissait pas dans son programme. « C’était une connerie sans nom », aurait lâché le Président devant les membres de sa majorité le 26 juillet dernier. « Pas la peine de se retrouver dans des débats complètement dingues qui n’ont fait l’objet d’aucun engagement », leur aurait dit le chef de l’Etat, leur demandant de « s’en tenir à ce qu’on avait dit pendant la campagne. »

D’après La rédaction de LCI du 3 aout dernier, Jean-Louis Deroussen, président de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), faisait part de son côté de sa déception à RTL le 25 juillet dernier, assurant ne pas avoir été consulté avant cette annonce qu’il qualifie d' »injuste ». « Peut-être qu’une concertation un peu plus étroite au préalable avec notre conseil d’administration aurait permis de trouver d’autres solutions », regrette-t-il.

Cette baisse des APL d’un montant de 5 euros doit intervenir au mois d’octobre pour combler les 140 millions d’euros manquants pour payer ces aides au logement. Elle ne devrait cependant être effective que durant trois mois, dans l’attente d’une réforme en profondeur du système. L’entourage de la députée Claire O’Petit nous a laissé entendre qu’elle pourrait par la suite être réduite à « 2 euros pour les personnes les plus en difficulté. »

D’après Les journalistes Laure Bretton et Ismaël Halissat de  « Libération », dans un échange de mails entre Emmanuel Macron et ses conseillers datant d’août 2016, la réduction «brutale» de l’APL était ouvertement évoquée. Où l’on apprend que le futur candidat à l’Elysée était favorable à un «programme de réduction rapide».

Emmanuel Macron avait envoyé ses réponses le lendemain, mettant en copie trois autres membres de son premier cercle : Alexis Kohler et Ismaël Emelien, qui le conseillent aujourd’hui à l’Elysée, et Julien Denormandie, secrétaire d’Etat auprès du ministre chargé de la Cohésion des territoires, un portefeuille comprenant le logement. Sur ce «sujet essentiel», Macron préconise «un programme de réduction rapide» de l’APL. «Surtout, il faut d’abord les différencier selon le prix réel du logement (zone tendue/non tendue), les remplacer en trois ans en zone tendue par un déblocage du foncier et une accélération de la production et les cibler sur les publics très fragiles», précise celui qui est alors ministre de l’Economie pour encore quelques jours.

Après une semaine de polémique sur le thème «Macron président des riches», qui réforme l’ISF mais baisse l’APL, le chef de l’Etat a resserré les boulons lors du Conseil des ministres vendredi. Appelant son gouvernement à «transformer» la société. Selon des propos rapportés par le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, Macron a expliqué à ses ministres que leur «vocation» ne pouvait «pas se limiter à la bonne gestion». Bercy, qui a remporté l’arbitrage sur la baisse de l’APL aux dépens du ministère de la Cohésion des territoires, appréciera.

A tous les jeunes étudiants qui ont élu Emmanuel Macron, je dis : « Tenez le coup, ne laissez pas passer une réforme pareille. Car quoi qu’il arrive, le pouvoir reviendra toujours au peuple, et aux sans grade qu’on pousse de plus en plus vers la précarité. »

Par Mustapha Bouhaddar, Maghreb Canada Express, Vol.xv, N° 08, page 12, août 2017

Pour l’édition (format PDF), cliquer sur l’image :