«

»

Déc 06

Musulmans de France : Les victimes d’hier ont cédé leur place à celles d’aujourd’hui

Depuis l’attentat des frères Kouachi contre Charlie Hebdo en janvier 2015 et celle du Bataclan en novembre de la même année, il est vraiment difficile de vivre en France pour un musulman. Il est tout le temps stigmatisé et montré du doigt, à croire que l’islam n’est pas une confession mais une race.

Tariq Ramadan

L’un des rares intellectuels de confession musulmane à tenir tête à tous ces pseudos penseurs qui défilent à la  télévision et ramènent tous les problèmes de la société française à l’islam, est Tariq Ramadan. Il y a d’autres intellectuels de confession musulmane en France, mais on ne les invite jamais. L’islamologue Ramadan est accusé de viol par deux jeunes femmes sans aucune preuve. Il est présumé innocent, mais malheureusement en France, la présomption d’innocence ne s’applique pas aux noirs, aux bécots et encore moins aux citoyens français d’origine musulmane.

La preuve : le philosophe et penseur du peuple, Bernard Henri Lévy qui a défendu récemment son ami journaliste Fédéric Haziza accusé de harcèlement sexuel sur une collègue. D’après le quotidien « Le Parisien », Bernard-Henri Lévy a réagi ce tout récemment à l’affaire Frédéric Haziza, visé par une plainte d’une journaliste de LCP pour une agression sexuelle datant de 2014. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire et la chaîne parlementaire a « suspendu » le présentateur vedette pour permettre à l’enquête interne lancée par la direction « de se dérouler dans le climat le plus serein possible ».

Et BHL semble secoué par cette histoire. « Qui nous fera croire qu’Haziza est le Weinstein français ? Et comment mettre un signe égal entre ce qui lui est reproché et ce dont on accuse Ramadan ? Amitié à Frédéric », écrit-il.

La journaliste Astrid de Villaines a porté plainte pour agression sexuelle contre Frédéric Haziza pour des faits datant de novembre 2014, a révélé mardi Buzzfeed. Selon son témoignage, le journaliste l’a bloquée dans le passage et lui a pincé la fesse gauche. « Je précise qu’au cours des années qui ont précédé, M. Haziza avait des gestes ou des allusions plus ou moins déplacées, à savoir : qu’il me frôlait le haut de ma poitrine avec ses mains et qu’il me déclarait que mes hauts de vêtements m’allaient bien, tout en fixant ma poitrine », peut-on lire dans la plainte que s’est procuré Buzzfeed.

La Société des journalistes et le comité d’entreprise de LCP avaient aussi réagi. Ils ont expliqué être « unanimement choqués par l’ampleur et le contenu de ces révélations » et réclamaient un « retrait de l’antenne ainsi qu’une mise à pied à titre conservatoire » de Haziza.

BHL défend Haziza et diabolise Ramadan qui est innocent jusqu’à preuve du contraire. Nous avons eu le même cas avec l’affaire Polanski. L’écrivain français Yann Moix est montré au créneau lors de l’arrestation du réalisateur pars les Suisses. Moix a écrit un livre qui s’intitule « La meute » où il défend le réalisateur tout en traitant par la même occasion la Suisse de pute !

Polanski est un surdoué du cinéma, un génie, il peut tout se permettre, même violer une mineur en la droguant.

Polanski un coupable jugé par la justice américaine en tant que tel, et Ramdan présumé innocent, mais qu’importe ! La présomption ne s’applique pas pour lui, BHL le diabolise.

Guerre communautaire

Ce n’est un secret pour personne, les intellectuels de confession juive dominent les médias, il est difficile pour  un intellectuel de confession musulmane de faire la télévision ou d’y être invité.

Alors que faire pour se défendre et donner à l’islam sa vraie image, et sa réalité ? Heureusement il y a quelques intellectuels français humanistes et lucides qui défendent les musulmans, à l’image du patron de Médiapart, Edwy Plénel qui a écrit un livre qui s’intitule « Pour les musulmans ». Emile Zola en son temps avait écrit pendant l’affaire Dreyfus, un livre sur la communauté juive qui s’intitulait « Pour les juifs ». Et oui chaque époque a son bouc émissaire.

Une démocratie c’est d’abord le souci des minorités, la France est faite de diversité, le siècle dernier on a voulu exterminer des juifs car ils sont nés juifs, à cause de l’ignorance, du mépris et de la haine d’une certaine élite pensante, antisémite et xénophobe. Derrière chaque islamophobe, il y a un antisémite, et derrière un antisémite, il y a un négrophobe, et ainsi de suite. On a vu ces dernières années comment l’extrême droite a changé de cible. A une époque, l’extrême droite dénombrait les juifs et les francs-maçons du gouvernement. Et puis en quête de notabilité, l’extrême droite a refoulé l’antisémitisme pour devenir respectable. Mais ce n’est qu’une façade qui va libérer tout le reste. Il faut que la communauté juive française sache qu’il est dans son intérêt et l’intérêt de tous la Français de ne pas stigmatiser les français d’origine musulmane qui sont des ouvriers, des employés, des cadres, des médecins, des ingénieurs, des étudiants, qui ont leurs histoires, leurs familles, leur foi, et leurs croyances.

Il y a des Français catholiques, des Français protestants, des Français juifs, des Français musulmans. Pas l’un sans l’autre, pas l’un et l’autre, pas l’un au-dessus de l’autre. Nous avons tous des identités plurielles. L’islam est soluble dans la démocratie.

Le Canada est en train d’élaborer une loi qui interdit de critiquer l’islam. Ce n’est pas ce qu’on demande à la France. On souhaite seulement  vivre en paix, et être traité comme un citoyen français à part entière.

Un exemple à suivre

Le mois de septembre dernier, une  église a ouvert ses portes pour permettre aux musulmans de prier.

Le geste a été très salué. Le curé de l’église Saint-Christophe de Javel, dans le XVe arrondissement de Paris, a ouvert les portes de la salle paroissiale pour les musulmans, privés de salle de prière.

Comme le rapporte le journal Le Parisien, la salle de prière musulmane a été dégradée en juillet dernier suite à des intempéries et depuis, tous les vendredis, les musulmans se retrouvent dans cette église pour leur prière.

« La crypte sous l’église était disponible, assez grande et pouvait les accueillir. Ça s’est fait discrètement et naturellement. », explique Thierry Vernet, le vicaire de la paroisse.

La réaction de la communauté juive a été saluée par Mohammed Benali, le président de la salle de prière de Paris XVe, qui affirme que le « rabbin de la synagogue Adath Shalom de la rue George-Bernard-Shaw a proposé de nous aider pour les travaux ». Ces travaux, justement, qui sont toujours attendus de la part de Paris Habitat qui loue la salle de prière aux musulmans.

Le Maire du XVe se réjouit également de ce dialogue interreligieux. « Je ne peux que me féliciter du dialogue interreligieux dans mon arrondissement qui permet aux différents cultes de vivre ensemble non pas malgré leurs différences mais grâce à leurs différences ».

Edwy Plenel écrit dans  la page 17 de son livre « Pour les musulmans » :

« L’Histoire se répète. Par oubli ou par un processus qui fait se réitérer un ou plusieurs événements. Si d’aucuns réfutent ce postulat, le supposé « problème de l’islam en France »  vient malheureusement nous rappeler que certains épisodes de notre histoire se répètent de nos jours, à la seule différence que ses acteurs ou plutôt ses victimes ne sont plus les même.»

Les victimes d’hier ont cédé leur place à ceux d’aujourd’hui. À cet égard, Edwy Plenel déplore la banalisation au sein de la société française d’un discours xénophobe visant la communauté musulmane et qui fait écho à une banalisation d’un autre temps et qui, elle, stigmatisait la communauté juive.

Il tient à nous rappeler les conséquences désastreuses engendrées par cette logique de tri, de séparation et de discrimination aussi dangereuse que ravageuse pour la cohésion nationale. À chaque période de l’Histoire ses victimes, qui jette l’opprobre sur ceux qui ont besoin d’un bouc émissaire pour expier leur faiblesse, leur doute et leurs « défaites de la pensée. »

Par Mustapha Bouhaddar, Maghreb Canada Express, page 12, Vol. XV, N° 12, DÉCEMBRE 2017

Pour lire l’édition du mois de décembre 2017, cliquer sur l’image: