«

Déc 18

Maroc / Recherche universitaire en impacts des changements climatiques : Encourager les étudiants au Doctorat et au Master à faire le saut

conf-flsh2Ce fut dans le cadre d’une initiative personnelle bénévole soutenue par des Professeurs universitaires du Maroc, visant à sensibiliser les jeunes chercheurs marocains (étudiants aux cycles de Maîtrise et de doctorat) aux différentes opportunités de recherche dans le domaine des changements climatiques, que Abderrahman El Fouladi, (1)  fut invité cette fin d’année au Maroc pour animer trois conférences au profit de plus de 500 étudiants des cycles universitaires supérieurs.

CoCapturenférence à l’ENS de Casablanca

La première conférence, dont le thème fut ‘’la hausse du niveau de la mer et ses impacts sur les zones côtières’’ se tint à l’École Normale Supérieure de Casablanca (Université Hassan II), le 16 octobre 2019 devant plus d’une centaine d’étudiants, et ce, suite à l’invitation du Directeur du Laboratoire de Mathématiques et Applications (LMA) Responsable du Master de Mathématiques, Pr Hassan El Amri.

Ayant souligné, de prime abord, l’importance des océans et des zones côtières pour les populations mondiales, le conférencier aborda brièvement le danger que pourrait présenter la hausse du niveau marin et en étaya les différentes causes qui furent résumées en deux dynamiques :

  • La dynamique continentale (différents mouvements isostatiques de la croûte terrestre sous différentes contraintes, subsidence sédimentaire, subduction, rebond postglaciaire…);
  • La dynamique océanique (dilatation thermique des eaux marines, fonte des calottes glaciaires, apport des glaciers).

Le conférencier montra que ces deux dynamiques varient d’une région du Globe à l’autre, avec comme conséquence la variabilité de l’amplitude de la hausse du niveau des mers qui pourrait être positive par endroits (donnant lieu à des inondations  et de l’érosion côtières) mais qui pourrait être nulle, voire négative ailleurs (donnant l’impression d’une baisse relative du niveau marin). D’où une grande avenue de recherche dans ce domaine en ce qui concerne le Maroc.

Le conférencier passa ensuite en revue les différents impacts de la hausse du niveau marin sur les installations et les écosystèmes côtiers et insista sur la pression démographique que pourraient subir les zones côtières, véritables poumons économiques de certains pays comme le Maroc, de la part des migrations climatiques locales et régionales.

Afin de prévenir les impacts négatifs de la hausse du niveau marin, le conférencier insista par la suite sur la nécessité d’une étude systématique de la vulnérabilité côtière marocaine, face à tous les scénarios de hausse éventuelle du niveau marin en fonction du réchauffement global, mais aussi en fonction de la spécificité géologique, géomorphologique et géographique du pays, et ce, afin de réviser éventuellement les plans d’aménagement du territoire en fonction de la menace latente.

Et le conférencier de conclure sur le vœu de voir le Maroc créer un organisme national de recherche transversal capable de coordonner la recherche et de mobiliser les compétences pouvant faire face à la menace; mais qui se trouvent éparpillées dans différents ministères, départements et universités.

 Conférence à la FST de Béni Mellal

conf-flshAprès la conférence de Casablanca, Abderrahman El Fouladi refit le voyage Canada-Maroc, pour animer une deuxième conférence sur le thème ‘’Des paléoclimats
aux changements climatiques contemporains et futurs’’
à l’Université Sultan Moulay Slimane , le 28 novembre 2019, et ce, sur invitation de la part du Doyen  de la Faculté des Sciences et Techniques (FST) de cette université , Pr Saïd Melliani.

Tout au long de cette conférence, Dr Abderrahman El Fouladi s’est évertué de  :

  • Souligner que la Terre fut toujours soumise à des changements climatiques naturels dont certains plus drastiques que les autres ;
  • Expliquer ensuite les différentes causes naturelles ayant provoqué ces changements climatiques anciens;
  • Monter pourquoi les causes anthropiques l’emportent sur les causes naturelles en ce qui concerne les changements climatiques contemporains et futurs;
  • Mettre en exergue les enjeux politiques, économiques et stratégiques internationaux entourant les changements climatiques contemporains et futurs et discuter de leurs impacts sur l’efficacité d’une stratégie globale, unifiée et efficace pour lutter contre les changements climatiques d’origine anthropique.

Soulignant le fait que les changements climatiques ont des retombées positifs (qui profitent davantage aux pays riches) et des retombées négatives (qui pourraient davantage appauvrir ceux déjà pauvres), le conférencier conclut que :

  • Force est de constater qu’il n’y aurait plus sur Terre de climato-sceptiques (à part ceux qui font semblant);
  • Il n’ y aurait plus que des climato-victimes et des climato-profiteurs;
  • Les pays les plus démunis ne peuvent rien faire pour stopper le réchauffement de la planète;
  • Mais ils sont condamnés à tout mettre en œuvre pour s’adapter au pire;
  • Parmi les actions à entreprendre: Développer la recherche pour mieux appréhender les impacts des changements climatiques.

Jamais deux sans trois

A la fin de cette conférence, des professeurs de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (Laboratoire des Dynamiques des Paysages, Risques et Patrimoine ) ont invité Dr El Fouladi à donner une troisième conférence dans leur faculté.

L’invitation fut acceptée et cette troisième conférence eut comme thème : « Le Maroc face aux incidences des changements climatiques ».

Elle eut lieu à la FLSH le 3 décembre 2019 devant une audience très nombreuse. (Voir le compte-rendu en encadré ci-desous).

Par Leila Ouaferki pour Maghreb Canada Express, pages 3 et 4, Vol. XVII, N°12 , Décembre 2019.

Compte rendu relatif à la conférence animée par Dr A. El Fouladi à la FSLH – BM

Par Pr. Yahia El Khalki, Directeur du laboratoire DPRP

conf-flsh1Le 3 décembre 2019 à la FLSH-BM, dans l’Amphi 04 plein d’étudiants, Dr Abderrhman El Fouladi , expert et consultant en impacts des changements climatiques, a animé une conférence ayant pour thème « Le Maroc face aux incidences des changements climatiques » au profit des étudiants du master et du doctorat, avec la présence des professeurs du département de géographie.

Cette conférence s’inscrit dans la cadre du cycle de séminaires organisés par le laboratoire « Dynamiques des Paysages, Risques et Patrimoine »  de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Sultan Moulay Slimane, Maroc. L’objectif  est de sensibiliser les étudiants à la question des changements climatiques (CC) et à leurs impacts sur les écosystèmes et sur la société.

En introduction, Dr El Fouladi a rappelé la définition des CC et des Gaz à Effet de Serre (GES) responsables de l’augmentation de la température, de 1,5 à 2°C,  à l’échelle du globe. Il a bien expliqué les causes de ces GES, liés surtout aux activités anthropiques (industrie, agriculture, transport…). Ensuite le conférencier a rappelé les différents impacts des CC sur l’environnement (sécheresses, désertification, augmentation du niveau de la mer, maladies, dégradation des forêts et les sols… etc) et sur les sociétés (migration climatique et/ou environnementale, conflits et insécurité alimentaire…etc). Dr El Fouladi a bien fait d’insister sur le territoire marocain qui se caractérise par une irrégularité spatiotemporelle des précipitations et sur le fait que 90% de ce territoire est situé dans le domaine bioclimatique aride à semi-aride ; Ce qui aggrave de plus en plus  les impacts négatifs des CC. Les exemples traités de ces impacts concernent d’une manière particulière le littoral marocain (3500 Km de côtes) où se concentre 80% de l’industrie. Ce littoral est le siège aussi d’une urbanisation accélérée.

Le conférencier a soulevé également la question migratoire liée aux CC et il a rappelé qu’actuellement 230 millions de personnes migrent à travers le monde. C’est une question épineuse et qui se pose avec acuité aux gouvernements des pays développés et en voie de développement.

En guise de conclusion, le conférencier a proposé la création d’un « Centre National de Recherche sur le Climat (CNRC), sorte d’observatoire où tous les différents acteurs, institutions, chercheurs, ONGs et société civile peuvent se concerter et débattre toutes les questions relatives aux CC (impacts, adaptations, résiliences, sensibilisation).

Au nom de toutes et tous les membres du laboratoire « Dynamiques des paysages, Risques et Patrimoine (DPRP)», et des étudiants,  en tant que Directeur dudit labo , je tiens vivement à remercier Dr El Fouladi pour sa disponibilité et sa participation aux ateliers de sensibilisation au profit de nos étudiants.

Par la même occasion, je tiens à remercier mes chers collègues membres du laboratoire pour leur dynamisme et leur dévouement pour le bien du tous.

Pour lire  l’édition de DÉCEMBRE 2019, cliquer sur l’image :