«

»

Juin 30

France : L’impact du coronavirus sur le tourisme

C’est connu, une grande partie de touristes étrangers, trouvent les Français mal accueillants et antipathiques.
J’ai grandi à Paris, et je dois confirmer les dires de ces touristes étrangers, car il n’y a pas pire qu’un serveur parisien à qui on commande un café le matin. Aucun sourire et quand il nous ramène ce foutu café, on a l’impression qu’il va nous le jeter sur la table ou le comptoir.
C’est évident que les Français ont une ouverture sur le monde, mais cette dernière a ses limites, surtout lorsque ce monde extérieur s’appelle touriste. L’agacement qu’éprouve le Parisien pour ces derniers est ainsi résumé par Olivier Magny dans son ouvrage Dessine-moi un Parisien :  » Il n’est, à Paris, rien de plus dégradant que de faire partie des touristes. Les touristes ne sont qu’un : ils sont pour le Parisien dépourvus de goût et constituent une humanité parallèle « .
Paris ne doit appartenir qu’aux Parisiens. Dans beaucoup de cas ils sont désagréables avec les étrangers. Si tu demandes ton chemin, ils s’en foutent, ne répondent pas ou semblent énervés « . Une réputation tenace qui ferait des Parisiens des êtres snobs, impolis et arrogants. Et la situation dépasse la simple anecdote : le cas du taxi qui refuse sa course à un touriste parce que celle-ci ne l’arrange pas, ou du serveur qui balance sur la table la commande ne sont malheureusement pas des légendes urbaines. Si bien que la chambre de commerce et le Comité régional du tourisme Paris Ile-de-France ont dû mettre en place l’été passé des dispositifs pour les professionnels du tourisme afin d’apaiser leur relation avec les visiteurs étrangers, et faire de leur séjour à Paris un moment agréable. Mais des situations dramatiques peuvent parfois survenir : le  » syndrome de Paris « , diagnostiqué par un psychiatre japonais chez ses compatriotes en vacances chez nous en est l’un des exemples les plus significatifs. Choqués par la saleté des rues et l’indifférence, parfois d’agressivité des Parisiens, ils éprouveraient de la peur et des symptômes d’angoisse.
Le Coronavirus
Après avoir eu l’autorisation d’ouvrir leurs terrasses, les commerçants qui ont subi le chômage pendant quelques mois, sont contents de récupérer leurs clientèles. Les serveurs de café aussi. Ils ont souffert du chômage partiel. Ils se sont rendus compte que les clients dont la majorité sont confinés chez eux, peuvent se passer de leurs services. Il y a une vie après le café.
L’Impact du coronavirus sur le tourisme
La France est le pays le plus visité au monde, avec environ 89 millions de touristes l’an dernier. Le poids du tourisme représente logiquement une part considérable du produit intérieur français : 7,4% du PIB, soit 160 milliards d’euros en 2016, selon l’INSEE. Hôtels, commerces, avions, et j’en passe et des meilleurs, beaucoup d’industries sont touchées par la baisse du nombre de touristes. À l’heure actuelle, impossible d’estimer de manière précise l’impact économique du virus, mais quelques indicateurs inquiétants sont déjà visibles.
Un confinement qui signe de facto l’arrêt du tourisme
Avec le confinement total du pays, toutes les activités économiques sont à l’arrêt. Tout a évolué très vite depuis l’émergence du virus. Pour preuve, le président Macron incitait les Français à vivre normalement début mars, avant de se faire martial, deux semaines plus tard, dans un discours qui confirme un confinement total. La situation évolue rapidement, mais le blocage du pays et la fermeture des frontières sont critiques pour les professionnels du tourisme. Le covid-19 place les entreprises du secteur du tourisme face à un défi de taille qui reste en perpétuelle évolution.
L’organisation mondiale du tourisme (OMT) plaide d’ailleurs pour  » un leadership international solide et préconise d’inclure le tourisme, en tant que priorité, dans les futurs efforts de redressement.  » Début mars, alors que l’Europe se barricadait d’abord en douceur et avec une certaine désinvolture, l’OMT estimait que les arrivées de touristes internationaux dans le monde en 2020 pourraient être en baisse, de 1 % à 3 %, alors que l’on tablait début janvier 2020 sur une croissance comprise entre 3 % et 4 %. Une baisse qui pourrait représenter un manque à gagner de 30 à 50 milliards de dollars américains, en termes de recettes du tourisme international.
Le coronavirus rendra-t-il le Français plus accueillant, plus humain ? L’après coronavirus nous le dira.

Par Mustapha Bouhaddar pour Maghreb Canada Express, Vol. XVIII, N°07 , page 15, JUILLET 2020.

Pour lire l’Édition complète du mois de JUILLET 2020 , cliquer sur l’image :