«

»

Mar 01

Algérie : Une révolution tranquille est en marche.

Par Dr Brahim Benyoucef (Le 1ier mars 2019)

brahim-benyoucefDans un contexte de pourrissement politique inégalé,  les Algériennes et les Algériens se sont fermement décidés de marcher dans la paix, pour  crier haut et fort: oui, au changement, et non à un régime en faillite, qui a régné sur fond de terreur et de corruption.

C’est la marche de toute l’Algérie

Femmes, enfants, hommes, jeunes et moins jeunes ont répondu oui à l’appel; Ce sont toutes les régions d’Algérie qui ont marché pour confirmer l’unité sacrée d’un même peuple à riche mosaïque culturelle.

Depuis la marche du 22 février 2019, la fierté d’un début de révolution tranquille ne cesse de nourrir les suivantes marches en quantité et en qualité.

La première marche du 22 à Alger, a été suivie le 24 de plusieurs marches de la diaspora algérienne dans les capitales mondiales: Paris, Genève, Londres, Montréal, etc.
Depuis la marche du 22, les rangs des femmes et d’hommes libres ne cesse d’augmenter: les étudiants, les journalistes, les intellectuels, les architectes, les avocats, des syndicats libres, etc.
À la 2ème semaine, c’est le tour aux figures historiques, personnalités publiques et chefs des partis d’opposition de joindre le million de marcheurs du 1er mars 2019. On reconnaît entre autres, la présence de Mme Djamila Bouhired militante et moudjahida de première heure pour la libération de l’Algérie, et M Issad Rebrab, réputé poids lourd économique, etc.

La marche lève beaucoup de slogans, avec même beaucoup d’humour que l’on reconnaît aux jeunes algériens et, qui fait foi de leur génie inventif.
Dans la diversité de leurs formes et contenus, ces slogans s’articulent tous autour de la ferme volonté de changer le cours des choses et de rompre définitivement avec des décennies de corruption et de terreur.

La réaction du pouvoir n’invente rien, si ce n’est  la redondance du refrain habituel: <vous n’avez de choix que la corruption ou la terreur>.

Pourquoi le succès de la marche de gloire?

Le pari de faire de cette révolution une révolution tranquille est gagné. C’est une véritable révolution tranquille, qui se déroule sur fond de joie, de paix, de solidarité, de propreté, de civisme et d’amitié.
Elle fait foi de beaucoup de conscience et d’éveil, pour déjouer les sales tours des casseurs de manifs à la solde d’un régime en faillite.
La preuve du succès est dans les recommandations que tous font circuler sur les médias sociaux pour recommander les règles de vigilance et du bon civisme.
La preuve du succès est dans la crédibilité que gagne chaque jour la marche, pour rallier de plus en plus de parties. Elle a commencé par centaines, puis par des milliers et aujourd’hui, elle se compte par millions.

Le succès de la marche, réside dans la sagesse de ne pas céder à la terreur et ni aux provocations d’un régime de corruption et de terreur.

Que l’histoire enregistre avec des lettres en or que la jeunesse algérienne et son soutien moins jeunes mais aussi vif, ont démenti les mythes du système. Ils ont démenti le mythe de la liberté va de pair avec la violence.
Ils ont démenti le mythe de la violence fatale des révolutions et ont déjoué les scénarios de Libye, Syrie, etc. Que les vautours à l’intérieur et à l’extérieur ont provoqué pour confisquer le gain et briser la joie.

Que l’histoire marque avec des lettres gravées en or, que le peuple algérien a amorcé sa révolution tranquille, et aucun mur ne peut arrêter sa marche!

C’est l’heure de la dé-légitimation d’un régime en faillite.

Suivra le jour de la reconstruction d’une nouvelle république où règnent: liberté, justice, équité, démocratie et progrès.
Ce jour là viendront d’autres défis qui exigent des compétences organisationnelles et de leadership, et qui vont mettre à l’épreuve le génie infaillible de la jeunesse algérienne.
Toutefois, la vigilance, l’éveil, le geste consciencieux, l’action en paix, l’amour, l’amitié et la solidarité doivent demeurer éternellement source d’énergie, d’inspiration et de force, à une jeunesse qui vient de pénétrer l’histoire.