«

»

Mar 24

Terrorisme : La leçon néo-zélandaise de compassion

L’attentat du 15 mars contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande, emportant plus de 49 personnes, a suscité une vague d’indignation à l’échelle mondiale.

L’acte démontre une fois de plus que la terreur terroriste n’a ni couleur, ni religion, ni foi et ni loi.
L’acte doit nous alerter contre les dangers et les menaces que l’extrémisme, la haine, le racisme, l’exclusion, etc. peuvent causer.

La compassion que le monde entier a démontré révèle la vivacité de l’humanisme et la force de la solidarité.

Le fait spectaculaire demeure toutefois, la leçon que la première ministre, Mme Jacinda Ardern, et tout le peuple néo-zélandais ont démontré en matière de compassion.

PM_New-ZAccompagner les familles des victimes, pleurer avec elles, dire des mots de coeur, participer à leur prière et se mettre symboliquement au foulard, c’est envoyer à toute l’humanité le message fort et clair de la compassion, de la solidarité et de la tolérance. C’est dépasser soi et se fondre dans l’autre, pour partager sa douleur et ressentir son pleur.

C’est un message fort qui ne peut provenir que d’un peuple fort et confiant, équilibré et affranchi de la paranoïa et de la phobie de l’autre, et qui ne craint pas que de se fondre dans l’autre, lorsque vient le moment d’honorer son humanité.

Ce que le peuple néo-zélandais et à sa tête sa première ministre ont démontré, est plus qu’une leçon de compassion: ce sont des leçons d’humanisme, de bravoure, de courage et de noblesse!

Le geste prendrait encore plus de sens, si toute l’humanité s’engage dans la voie de la solidarité, de l’amitié, de la tolérance, et du combat pour la paix et l’équité, et contre le racisme et la guerre.

Pour valider notre cohérence, faisons l’exercice et posons la question: sommes-nous capables d’agir de même dans des conditions pareilles?
Sommes-nous capables de dépasser la solidarité sélective et d’agir juste à titre d’humains, animés de conscience humaniste?

Pour terminer: je déclare le mérite de la première ministre néo-zélandaise en vue du Prix Nobel pour la paix 2019, et je vous sollicite d’appuyer une pétition dans ce sens.

Dr Brahim Benyoucef (23 mars 2019)