«

»

Oct 02

Marocains du Monde : Entretien avec Jaâfar Debbarh, directeur de Dar Al Maghrib à Montréal

Après une période de léthargie les premières années qui suivirent son ouverture, Dar Al Maghrib démarra sur les chapeaux de roues les 4 dernières années, et ce, en multipliant les actions de rapprochement entre les cultures sur trois axes:

  1. Maroco-marocain en catalysant les activités des marocains résidant au Canada,
  2. Maroco-canadien, surtout en oeuvrant pour promouvoir des écrivains et des artistes francophones au sein du Québec;
  3. Maroco-canado-africain; comme en témoigne le grand nombre d’activités multiculturelles promouvant le vivre-ensemble et l’entente entre les peuples avec des moyens ; quelquefois dérisoires devant la qualité des résultats récoltés.

Il serait pertinent de souligner à ce stade qu’un tel dynamisme, qui a contribué à l’enrichissement et à la consolidation des relations culturelles marocco-québécoises, a valu au Centre culturel marocain de Montréal d’être ‘’reconnu comme l’une des institutions influentes en matière de culture et de coopération culturelle, notamment en ayant été choisi en 2018 par l’institut national de la recherche scientifique du Québec comme étant un modèle influent en matière de diplomatie culturelle institutionnelle ici au Québec.’’ (Fin de citation)

Jaâfar Debbarh a donc de quoi être satisfait; satisfaction qui se dégage humblement de l’entretien qu’il a bien voulu nous accorder.

Éclairage :

MCE : Où en est le Centre culturel marocain Dar Al Maghrib de Montréal après 7 ans d’existence?

J.D. : Depuis son inauguration en 2012, par la princesse Lalla Hasna, suite aux orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI que dieu l’assiste, le Centre Culturel Marocain Dar Al Maghrib de Montréal, une institution publique à vocation culturelle, relevant du Ministère des Marocains Résidant à l’Étranger et des Affaires de la Migration, ne cesse de contribuer activement, en cohérence avec les intérêts du Maroc en matière d’action culturelle étrangère, au rayonnement de notre pays, de son patrimoine et sa culture ici à Montréal et au Canada, à travers la mise en œuvre d’une panoplie d’activités et d’actions.

Considéré comme un projet novateur et un véritable moteur culturel et social, Dar Al Maghrib constitue un centre de rassemblement pour notre communauté marocaine établie au Canada, et joue un rôle central auprès des enfants et des jeunes en leur offrant tout une myriade d’activités culturelles et artistiques qui contribuent à leur enrichissement culturel et à forger leur identité et développer chez eux un sentiment d’appartenance et de lien avec leur pays d’origine, en se basant sur une politique d’enracinement sans déracinement.

Promouvoir la culture et la littérature marocaine, enseigner la langue arabe et la culture marocaine, contribuer à des échanges culturels entre nos concitoyens marocains du Canada et un certain nombre de partenaires étrangers et d’autres communautés basées ici au Canada, permettre à nos artistes et intellectuels du Maroc de rencontrer le public canadien, telles ont été quelques-unes des réalisations du Centre Culturel Marocain depuis sa création.

Aujourd’hui, les bilans et les chiffres accessibles, que je serai en mesure de partager avec vous, sont ceux des trois dernières années, depuis la réouverture de Dar Al Maghrib le 30 avril 2016. Dès lors, le Centre Culturel Marocain a organisé plus de 1280 prestations et activités de différentes sortes touchant plus de 390 000 personnes, constituées majoritairement de ressortissants marocains. Ces derniers estiment que Dar Al Maghrib est un organisme porteur de reconnaissance et de valorisation de leur culture, suscitant ainsi chez eux un fort sentiment de fierté, et nous témoignent souvent avec une profonde émotion et beaucoup de sincérité et de fierté que nos projets et nos activités leur ont apporté un nouveau dynamisme culturel et une énergie incroyable.

Aussi, il est à souligner que le nombre d’enfants ayant pris part à nos ateliers thématiques visant la promotion de la langue arabe et la culture marocaine est estimé à 1162 enfants.

De plus, en dépit de sa présence à Montréal, plusieurs villes, dans le cadre de notre politique de proximité, ont été ciblées durant les dernières années par nos évènements comme Québec, Ottawa, Toronto, Drummondville, Granby, Saint-Jean sur Richelieu et bien d’autres.

Dar Al Maghrib s’est associé également à une dizaine de festivals artistiques, culturels et cinématographiques réputés, pour assurer la promotion et le rayonnement du Maroc dans toutes ses facettes.

Ce foisonnement culturel et artistique et cette pluralité d’actions qui constituent une fierté pour nous, n’ont été rendus possibles que grâce à l’appui permanent et indéfectible du Ministère Chargé des Marocains Résidant à l’Étranger et des Affaires de la Migration, ainsi qu’au soutien généreux et aux encouragements du Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, sans oublier la bienveillance et les conseils de l’Ambassade et du Consulat Général du Maroc au Canada, ainsi que l’appui des institutions marocaines basées au Canada avec lesquelles nous avons tissé et développé des partenariats stratégiques,

Également, il faut souligner que ces actions ne sauraient être conduites par Dar Al Maghrib sans la contribution précieuse et effective des acteurs individuels et associatifs. Nous avons eu le plaisir de collaborer avec 72 acteurs dont une trentaine relevant de la communauté marocaine.

MCE : L’une des missions de Dar Al Maghrib c’est de promouvoir la culture marocaine parmi les canadiens de souche. Mais Dar Al Maghrib avait soutenu des activités des diasporas d’autres pays dont surtout des pays africains. Êtes-vous toujours dans les prérogatives de votre mission?

J.D. : L’une des missions phares du Centre Culturel Marocain est le rapprochement des cultures et le renforcement du mieux vivre ensemble en soutenant et en s’associant aux activités à caractère culturel et artistique d’autres communautés. et organismes

À cet effet, et en alignement avec l’orientation africaine du Maroc, Dar Al Maghrib s’ouvre sur de nombreuses communautés africaines représentées ici au Canada. Cette ouverture constitue une preuve de la place privilégiée réservée à l’Afrique dans nos cœurs et témoigne des relations étroites et amicales que le Maroc entretient avec l’ensemble des pays frères africains.

Ainsi, Dar Al Maghrib n’a cessé, tout au long des trois dernières années, de collaborer avec ces communautés et d’abriter une multitude d’évènements conjoints visant principalement à promouvoir nos liens, nos cultures réciproques et la richesse de notre continent.

L’organisation par Dar Al Maghrib des journées culturelles africaines, son partenariat avec le Festival de cinéma « Vues d’Afrique », l’organisation des journées des tidjanes, l’association des artistes et intellectuels africains à nos différentes activités ainsi que l’hébergement d’une multitude d’expositions d’artistes, de conférences et de manifestations organisées par les communautés africaines, représentent des exemples concrets d’activités visant à la fois à promouvoir notre continent, son histoire et sa culture, ainsi qu’à mettre en exergue la contribution des communautés africaines à la promotion du vivre-ensemble harmonieux au Québec et dans les autres provinces du Canada. À travers ces initiatives et ces partenariats, Dar Al Maghrib devenue un endroit attrayant pour ces communautés africaines, œuvre sans relâche, pour contribuer à créer une dynamique vertueuse et à valoriser notre précieuse culture africaine.

MCE : Quelles seraient les futurs projets du centre à court et à moyen termes ?

J.D. : À notre grand bonheur, le Centre culturel marocain fut choisi en 2018 par l’institut national de la recherche scientifique du Québec comme étant un modèle influent en matière de diplomatie culturelle institutionnelle ici au Québec.

Cette reconnaissance ainsi que nos réalisations des dernières années nous donnent un bel élan pour amorcer les années à venir sous le signe du dynamisme culturel, en nous engageant à mettre en premier plan dans notre plan stratégique, deux grandes priorités, en alignement avec les orientations de M. Benatiq, Ministre chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration.

La première orientation consiste à favoriser l’échange culturel entre les jeunes du Maroc et ceux du Canada en valorisant la production culturelle, artistique et littéraire de nos jeunes concitoyens sur le sol canadien et de celle des jeunes canadiens au niveau du Maroc, tout en encourageant l’écoute réciproque entre les deux rives de l’Océan atlantique dans le but de renforcer les liens culturels entre nos deux pays.

La deuxième priorité consiste à explorer de nouvelles façons d’approcher les jeunes canadiens d’origine marocaine, les fidéliser et les rapprocher davantage de leur pays d’origine, notamment à travers la création tout récemment d’un comité jeunesse, dans le but principal de privilégier l’interactivité et les échanges avec ce public cible d’une grande importance pour nous. Avec ce comité, on évaluera ensemble d’abord nos réalisations axées sur la jeunesse, puis on recourra à une démarche participative avec les jeunes à travers l’organisation de consultations actives, qui nous permettront de connaitre leurs besoins et leurs attentes en termes d’activités et d’actions.

Également, suite aux directives de M. le Ministre, un certain nombre de projets d’envergure visant principalement la promotion du cinéma, des cultures amazighe et juive ainsi que du modèle singulier du Maroc en matière de tolérance et du vivre-ensemble, sont en cours de réalisation.

Notre ambition pour les années à venir est que Dar Al Maghrib continue, malgré les défis auxquels elle fait face au quotidien, à accroître sa réputation et sa renommée en gagnant chaque jour en visibilité et prestige, comme une institution culturelle innovante, unique qui attire, fascine, séduit par ses murs et par sa programmation.

Propos recueillis par A. El Fouladi pour Maghreb Canada Express, pages 6-7, Vol. XVII, N°10 , OCTOBRE 2019

Pour lire  l’édition d’OCTOBRE 2019, cliquer sur l’image :