«

»

Fév 03

Maroc : Pourquoi l’interdiction de la burqa est plus qu’une simple mesure de sécurité

Hijab burqaLes autorités marocaines ont interdit la fabrication, la commercialisation et la vente de la burqa – un vêtement extérieur porté par certaines femmes musulmanes pour se couvrir en public. Il cache complètement le visage, avec un tissu en maille protégeant les yeux de la vue. La décision est remarquable dans un pays dont la population est à 99% musulmane.

Que signifie alors cette interdiction?

Le ministère de l’Intérieur a cité les problèmes de sécurité comme raison de l’interdiction. Il a fait valoir que le port de la burqa pouvait aider les criminels et les terroristes à cacher leur identité. En effet, plusieurs criminels auraient utilisé la burqa ou le niqab – un voile qui couvre le visage mais pas les yeux – pour commettre des crimes, y compris des vols.

Mais au-delà des préoccupations sécuritaires immédiates, la véritable inquiétude pour le gouvernement marocain modéré est la propagation de l’islam radical salafiste. Le salafisme étant lié à Daech et au terrorisme en Afrique du Nord. La préoccupation du Maroc face au terrorisme est exacerbée par le fait qu’il reçoit plus de 10 millions de visiteurs par an et dépend en partie des revenus du tourisme pour son développement. Le gouvernement estime que l’interdiction de la burqa limitera l’expression de l’islam radical et contribuera à le contenir.

Soulignons qu’une très petite minorité de femmes portent la burqa au Maroc – un pays où la modernité et la tradition cohabitent et dont le Roi, Mohammed VI, encourage l’islam modéré.

La djellaba – une robe à capuche – est le vêtement historique et national des femmes marocaines. Il est traditionnellement porté avec un voile appelé litham et porté ensemble, il couvre le visage et le corps de la femme, sauf ses yeux. Pendant la lutte pour l’indépendance, en particulier dans les années 1940, la djellaba était un symbole de nationalisme et un bouclier d’identité. Aujourd’hui, la djellaba est principalement portée sans le litham.

Mais avec la montée de l’islam politique au milieu des années 1980, diverses nouvelles pratiques de voile étrangères sont apparues, notamment le hijab, le niqab et la burqa. Sous l’influence des pays du Golfe, le hijab – une écharpe qui couvre les cheveux – s’est progressivement infiltré dans la société marocaine et a fini par être porté avec la djellaba ou d’autres vêtements de type occidental.

Comme le hijab, le niqab et la burqa sont liés à la propagation de l’islam salafiste en Afrique du Nord; Le niqab et la burqa étant portés surtout dans les cercles islamistes radicaux ou salafistes des régions conservatrices du nord du Maroc. Des centaines de djihadistes sont partis de cette région pour combattre en Syrie et en Irak il y a quelques années.

Perception populaire de l’interdiction

Dans ce contexte, la burqa est perçue par de nombreux Marocains comme étrangère à leur culture. Parmi les intellectuels en général – à l’exception des salafistes ultra conservateurs – le port de la burqa est perçu comme une pratique wahhabite indésirable

Il est à noter que l’interdiction n’a pas créé de tollé de masse. Cela peut probablement être attribué à la décision d’interdire la vente et la production de burqas, plutôt que la burqa elle-même – du moins pour le moment. Mais l’interdiction de la burqa a certainement divisé l’opinion dans le pays.

L’extrémiste salafiste Abu Naim avait publié une vidéo sur sa page Facebook décrivant ceux qui ont pris cette décision «des infidèles, des apostats et des renégats qui mènent une guerre contre Dieu».

Certains groupes musulmans salafistes comme Annahda wa Al Fadila (Renaissance et Vertu) ont de leur côté vivement critiqué cette décision. Ils préviennent que l’interdiction de la burqa est un premier pas vers l’interdiction du niqab. Selon eux, cela conduirait à une véritable scission dans la société marocaine, où davantage de femmes portent le niqab.

D’autres sons de cloches

Les organisations féministes progressistes soutiennent que l’interdiction est justifiée parce que la burqa opprime les femmes. Nouzha Skalli, ancienne ministre de la Famille et du Développement Social, s’est félicitée de l’interdiction et l’a décrite comme «une étape importante dans la lutte contre l’extrémisme religieux». Saida Drissi, présidente de l’Association démocratique des femmes du Maroc, a souligné que «lorsqu’il s’agit de porter un hijab, une burqa, les salafistes sont tous d’accord… mais on ne les entend jamais [protester] lorsqu’une fille ne peut pas porter de minijupe».

D’autres rejettent la burqa comme importation néocoloniale des États du Golfe .

L’Observatoire national du développement humain du nord du Maroc a considéré cette décision comme «arbitraire» et une «violation indirecte de la liberté d’expression des femmes».

Mais pour le chercheur et activiste amazigh Ahmed Assid, l’interdiction de la fabrication et de la vente de la burqa est légitime et souhaitable. Il a salué cette décision car ce vêtement étranger a été utilisé de manière inappropriée pour participer à des actes criminels et terroristes.

L’interdiction de la burqa et le débat qu’elle a fomenté a attiré l’attention sur la tension qui existe au Maroc entre l’islam modéré officiel et l’islam conservateur, qui est une minorité croissante.

C’est le nouveau paradoxe au Maroc. Et cela a des implications importantes pour les droits des femmes. D’une part, les récentes réformes juridiques et institutionnelles ont eu un impact significatif sur la démocratie et le processus de modernisation de la société marocaine. Celles-ci incluent la Constitution amendée de 2011, qui garantit l’égalité des sexes, la participation politique des femmes et la réforme du Code de la famille en 2004.

En revanche, les salafistes qui défendent la burqa et le niqab veulent islamiser davantage la société. Ils visent à terme à établir le califat islamique au Maroc, qui permet les décapitations, la captivité des femmes, le jihad sexuel et les fatwas anti-femmes.

Face à ce paradoxe, l’interdiction de la burqa, qui favorise l’islam modéré et la laïcité, est significative. Bien qu’elle soit manifestement motivée par des problèmes de sécurité, l’interdiction fait partie d’une lutte plus large contre l’extrémisme religieux et le terrorisme.

Par MOHA ENNAJI (*) pour Maghreb Canada Express, Vol. XIX, N°02 , page 10 , Février 2021

(*) Moha  Ennaji est Professeur à l’Université de Fès, et professeur visiteur à l’Université de Rutgers et de l’Université de Mansfield