«

»

Fév 01

Afrique : Le Mali, d’une colonisation à l’autre…

Par Mamo Malik, en réponse à un article paru dans le JOURNAL, un Quotidien d’Oran – Algérie – » L’Etat guerrier Par Djamel LABIDI

malikSi l’islamisme a été une création servant les intérêts des nations en lutte contre le communisme (l’occident et surtout l’Amérique qui en est le père spirituel) et qui s’est retourné contre eux, tel n’est pas le cas, me semble t-il, dans la plupart des pays musulmans, où idéologiquement il est ancré sous diverses formes, particulièrement en Algérie où ,même vaincu militairement et politiquement il en est sorti vainqueur en réussissant l’islamisation sous forme d’intégrisme au sein de la majorité de sa population.

Consciemment ou inconsciemment, il est perceptible dans les faits et gestes de son quotidien, par contre il ne pouvait s’extérioriser au grand jour en tant que mouvement islamiste qui utilise tout les subterfuges pour imposer sa vision. Cet empêchement découle des gouvernances dictatoriales, autoritaires et sans vergogne qui, pour servir leurs intérêts personnels, multiples et asseoir leurs pouvoirs sans partage, l’instrumentalise en utilisant les turpitudes.

D’ailleurs, à l’exemple des pays nord africains qui ont connu le printemps (dit arabe ? ) pour le changement et la démocratie, l’islamisme < prétendument modéré et avec l’aide sournois de toute nature du wahhabisme, du Qatar et de leurs semblables placé à la tête des royaumes créés de toutes pièces et don l’un porte le nom de lui qui est biologiquement étranger >, absent dans les luttes populaires qui ont fait chuter les dictateurs, s’est facilement accaparé du pouvoir en participant pour la forme au jeux démocratique et en trompant les peuples.

Ce qui fait, qu’en dehors de l’Algérie et du Maroc où il y a une gouvernance machiavélique de connivence avec l’islamisme dormant dit modéré, aucun de ces pays ne connait, à des stades différents, de démocratie, de stabilité politique et sociale, et de liberté à qui leurs population aspiraient lorsqu’elles se sont soulevés et sacrifiées pour une vie meilleure.

Il est évidant que cette situation trouve ses racines en tout point de vue dans les différentes formes de colonisation et de l’absence de bonne gouvernance dans tout ces pays devenus indépendants sans pour cela que leurs populations ne soient libres.

Quant à la comparaison faite entre ce qui s’est passé, en Irak et ailleurs avec ce qui se passe actuellement au Mali, je crois que la comparaison est vite faite car de mon avis les donnes ne sont pas les mêmes.

L’un, « gouverné » par un dictateur qui ne s’est pas gêné d’arroser son peuple de produits chimique de destruction massive interdits par les accords internationaux, est tombé dans le piège tendu par l’impérialisme au Koweït; les autres, ce sont les populations qui se sont soulevés contre leurs gouvernants. Ce qui n’est pas le cas pour le Mali, qui a une gouvernance et une armée, de l’heure, toutes relatives, il était sur le point de se voir occupé totalement par une horde sauvage au nom d’un islam instrumentalisé et qui n’a rien à voir avec celui qui prône la tolérance et le vivre ensemble dans la différence et la complémentarité comme il est dit. à moins que je ne me trompe.

Face à cet état de fait, aux turpitudes et à la tergiversation des pays africains depuis l’occupation partielle de son territoire par les terroristes sans foi ni loi, à l’incapacité africaine de l’aider d’urgence, le Mali, dépourvu de forces en mesures de défendre l’intégrité de son territoire, n’avait d’autre choix que de faire appel à l’ancienne puissance coloniale pour arrêter cette horde sauvage qui déferle sur lui. Il est évident que, comme toute forme d’impérialisme et de néocolonialisme, cette urgente aide militaire n’est pas sans contre-partie sournoise, tant géopolitique, géo économique que géostratégique et sociologique.

Pour ce faire, il suffit de voir comment la population malienne accueille l’ armée de l’ex colonisateur et comment ils prénomment leurs nouvelles naissances (cela s’appelle la pénétration néocolonialiste et impérialiste). Dans cette situation orchestrée par de multiples forces extérieurs à l’exemple de l’occident, de l’Arabie Saoudite où parait-il les habitantes de la ville des hydrocarbures ne sont pas soumises au port du hidjab obligatoire, du Qatar, etc..; seul les indus états africains du nord au sud et de l’est à l’ouest, en emporteront la responsabilité devant l’humanité et l’histoire.