«

»

Oct 07

COVID-19 : L’impact dévastateur sur Les migrants africains en Méditerranée

migrationDepuis que les pays méditerranéens ont fermé leurs frontières en mars dernier pour lutter contre la propagation de la Covid-19, les migrants sans-papiers et les réfugiés sont restés sans abri ni sources de revenus. La conséquence est qu’un grand nombre d’entre eux ont été confrontés à des situations de santé précaires et à des conditions économiques désastreuses.

Au Maroc, par exemple, certains migrants irréguliers ne bénéficient point de l’accès direct aux services publics. Pour beaucoup d’entre eux, les revenus et les moyens de subsistance dépendent de la mobilité. La majorité travaille dans l’économie informelle (marchands ambulants, colporteurs et travail, femmes de ménage). Maintenant, avec le confinement, beaucoup ont perdu leur emploi et ne peuvent prétendre à aucune aide financière du gouvernement.

La stigmatisation, la désinformation et la ségrégation ont conduit à de nouvelles restrictions pour les migrants irréguliers. Des informations fallacieuses prétendent que les migrants sont porteurs du Coronavirus et le propagent dans la société.

La mobilité limitée oblige davantage de migrants désespérés à se tourner vers des passeurs, ce qui accroît la vulnérabilité à la traite des êtres humains. Cela inclut des restrictions supplémentaires probables sur les migrants et les demandeurs d’asile à la recherche d’un refuge dans des pays tiers, comme l’Espagne ou l’Italie.

Conventionnellement, pays d’émigration, le Maroc est en train de devenir rapidement un passage de migration vers l’Europe, avec un accès terrestre à la frontière dans les enclaves espagnoles de Melilla et Ceuta, une route habituellement plus sûre que la Libye où les conflits violents sont interminables. Bien que le nombre de passages illégaux de frontières avec l’Espagne ait diminué de moitié depuis 2018, la plupart des migrants entrant en Espagne l’année dernière venaient d’Afrique du Nord (32%) et  d’Afrique de l’Ouest (68%).

En juillet dernier, près de 800 migrants ont tenté de pénétrer dans l’enclave espagnole de Ceuta, selon les autorités locales. Une centaine ont été arrêtés par la police marocaine, d’autres ont été interceptés par les agents des frontières espagnoles et renvoyés au Maroc, et 602 ont pu atteindre le territoire espagnol.

Le Maroc a une politique de répression contre les passages illégaux de ses frontières. Arrivés à la frontière espagnole, les sans-papiers sont arrêtés et ramenés dans les villes du sud marocain loin des passeurs qui pourraient leur offrir le passage. Alors que les autorités marocaines et espagnoles continuent de restreindre les mouvements à leurs frontières, les migrants irréguliers et les passeurs sont contraints de suivre de nouvelles routes qui sont souvent plus dangereuses.

Depuis 2014, le gouvernement marocain a accordé des permis de séjour à 17,916 migrants clandestins et réfugiés à l’intérieur du pays dont le but serait aussi de se rapprocher de l’Afrique de l’Ouest. Cependant, le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) signale que «des lacunes dans l’accès aux documents et à l’emploi persistent».
Selon le Croissant-Rouge marocain, des milliers de réfugiés et de demandeurs d’asile vivent dans la pauvreté, même si le gouvernement affirme qu’il apporte un soutien à ceux qui en ont besoin. L’accès à l’éducation est limité et l’inclusion socio-économique est quasi inexistante; au Maroc comme dans d’autres pays méditerranéens.

Avec des restrictions sur des points de destination habituels, tels que l’Espagne et l’Italie, le Maroc pourrait faire face à plusieurs migrants irréguliers bloqués indéfiniment dans des villes telles que Rabat, Nador, Oujda et Fès. Les organisations de la société civile comme la Fondation du Haut Atlas et la Fondation Orient Occident leur fournissent des produits alimentaires de base tels que le riz, l’huile, le sucre et les médicaments de base.

L’Institut national de solidarité avec les femmes en détresse a distribué 40.000 masques faciaux et des vivres à 8500 migrants subsahariens à Rabat, en plus de centaines de litres d’eau de Javel, 8000 barres de savon et 4500 nouveaux paquets de nourriture.

Cependant, alors que la crise sanitaire s’aggrave, de nombreuses associations et organisations caritatives ont dû cesser leurs activités, réduisant ainsi le soutien à un grand nombre de personnes vulnérables. Le HCR demeure le principal fournisseur d’aides financières et alimentaires aux réfugiés et sans-papiers, et ce sous la forme d’allocations financières.

Le Conseil national des droits de l’homme et l’Association marocaine des droits de l’homme ont demandé aux autorités d’accélérer l’aide à ces groupes particulièrement vulnérables.

En mai dernier, en partenariat avec le gouvernement marocain, l’UNHCR et le Conseil national de l’Association médicale ont conjointement amélioré l’accès aux soins de santé et aux médicaments pour les demandeurs d’asile et les réfugiés.

Dans une enquête publiée le 24 septembre, réalisée en partenariat avec le HCR, le Haut Commissariat au plan livre des chiffres accablants quant à l’impact socioéconomique de la pandémie sur les réfugiés et les migrants irréguliers au Maroc : 47 % ont déclaré avoir connu des moments où ils n’avaient pas assez à manger et 35,1 % n’ont pas pu accéder au service de soin par manque d’argent.

Il y aura probablement une forte augmentation des tentatives de migration vers l’Europe une fois les restrictions de voyage levées – notamment parce que les verrouillages dans les États africains ont aggravé la pauvreté et causé plus de dommages aux économies déjà en difficulté.

Quant aux États européens, certains ont utilisé la pandémie de la Covid-19 pour politiser à nouveau la question migratoire. Malte, par exemple, a fermé ses ports et renvoyé des migrants en mer vers la Libye (où 30 migrants africains ont été tués en juin dernier par des trafiquants à Mizdah dans le sud) tandis que l’Italie a déclaré que les migrants seraient mis en quarantaine sur des bateaux de sauvetage.

En septembre dernier, sur l’île de Lesbos en Grèce, un incendie a détruit le camp de Moria où vivaient 12.700 migrants dont 4000 enfants. Depuis, un nouveau camp provisoire a été installé.  Mais beaucoup d’entre eux ont peur de s’y retrouver de nouveau bloqués dans des conditions difficiles.

Il y a un risque que la Covid-19 nuise à long terme aux droits des migrants, alors que les États continuent d’adopter des politiques tournées vers l’intérieur pour essayer d’éloigner non seulement les personnes à la recherche de meilleures opportunités économiques en Europe, mais aussi celles qui fuient la guerre et la persécution politique .

Il est nécessaire d’agir et de collaborer entre les pays pour aider les migrants irréguliers vulnérables, en accordant la priorité au soutien sanitaire pendant la pandémie et en mettant en œuvre les conventions internationales garantissant les droits des migrants et des réfugiés.

Par  Pr Moha Ennaji (*) , pour Maghreb Canada Express, Vol. XVIII, N°10 , pages 10-11, Octobre 2020.

(*) L’Auteur (Moha Ennaji) est président du Centre Sud-Nord pour le dialogue interculturel et les études sur les migrations au Maroc. Parmi ses livres les plus récents : Migrants musulmans marocains en Europe et Managing Cultural Diversity in the Mediterranean.

LIRE L’ÉDITION DU MOIS D’OCTOBRE 2020 :