Mars 2014 / “De Boujniba à Montréal”: Une vie en Noir et Blanc racontée en Couleurs…

Par Majid Blal, Écrivain et poète (Canada)

MajidGerber les mots ne soigne pas nécessairement les maux mais cela permet des témoignages sur des vécus que d’autres n’oseraient pas partager. Se raconter dans ces propres termes, c’est aussi un devoir de témoignage des traumas tus, de l’enfance à l’âge adulte, pour les marocains issus des problèmes de la ruralité d’une certaine époque.

Dans ce récit poignant, El Fouladi nous ramène à la condition humaine de tous les petits Fouroulou qui ont les hameaux du Maroc profond.  »  Le fils du pauvre  » de Mouloud Ferraoun avec en prime la violence familiale. L’auteur se raconte comme un reporter en zone de guerre où chaque mot est écrit dans l’urgence de transmettre la lutte pour la survie. Une guerre où les enfants sont des victimes et des héros car ils sont conscients et refusent l  » Apocalypse now « 

Se dire n’est pas nécessairement une thérapie, mais c’est une façon de créer un vortex qui ne nous appartient plus et dans lequel l’auteur envoie ses expériences souffrantes subies dans l’espace commun.  Écrire est une libération des mutismes de la socialisation et une émancipation du poids des milieux rudes, dures et bien ancrés dans l’urgence de la survie. À partir de là l’auteur sensibilise le lecteur en nous sur l’importance de la détermination et du courage dans les perspectives rêvées du devenir.

Les histoires familiales façonnent les caractères, déterminent les couleurs de la personnalité et érigent les identités les manières d’apprivoiser ou de se démener pour affronter les résiliences à négocier sur le parcours de la vie et dans son cas, le parcours migratoire.

El Fouladi ose. El Fouladi plonge en apnée dans un univers où il est conscient que le souffle n’est pas suffisant pour sonder les profondeurs de la mémoire. Le risque d’être emporté par les courants souterrains d’une investigation émotionnelle fait partie de la démarche littéraire du témoignage.

Ni adepte de la phrase longue, ni féru de la phrase courte, l’auteur se laisse aller au senti et surtout à la transmission des différentes étapes qui ont tatoué son propre personnage.
Et cela déboule sans chichi ni cornes de gazelles. Juste des mots qui font le bruit en cascade des roches qui déboulent dans un monde nu. Cascade de rocs que les mouflons effleurent de leurs pieds en survivant au dessus des précipices.

Un thème grave traité avec beaucoup de légèreté pour ménager le lecteur. EL Fouladi, passe du chaud au tiède, au froid, du drame, à l’humour et à la description d’une certaine époque que ne connaitront jamais nos enfants sans les témoignages des rescapés. Il fait de l’autodérision un moyen efficace pour s’assurer de nous épargner les affres de certaines situations traumatisantes.

Ainsi, il nous dira comment son père avait décrété subitement que les boissons gazeuses ne font plus des produits sataniques, comment ses congénères le comparaient à Charlie Chaplin, uniquement pour l’apparence : grands souliers désuets et haillons en costume. Il citera ses découvertes cinématographiques, il dira comme beaucoup de gens de notre génération le besoin de révolte en se référant au héro des enfants démunis : Gavroche le camarade des  »  Misérables « . Il abordera ses amitiés, ses perceptions, ses rêves sans complaisance ni ménagement, avec une narration qui s’inscrit dans la démarche d’être entier et authentique…

S’il y a un point à regretter dans le récit, c’est le volet sentiments et relations amoureuses ou sexuelles mais quand on connait l’auteur, on comprend que ce n’est pas par omission mais par pudeur. Il y a des timidités qui reviennent quand la socialisation a été marquée par des tabous et des sujets `délicats à dire.

El Fouladi, par la publication de son premier récit, fait partie, désormais, des auteurs canado marocains qui témoignent à nos enfants des origines et des vies antérieurs de toute une communauté en devenir. Je suggère fortement la lecture de cette première œuvre d’un miraculé de la vie.

Par Majid Blal, Écrivain et poète (Canada)

Les Éditions Maghreb Canada

De Boujniba à Montréal

Parcours du combattant d’un va-nu-pieds

Par Abderrahman El Fouladi

Liste des succursales Renaud-Bray qui distribuent le livre à Montréal et Région (Mise à jour du 28/02/2014) >> CLIQUER ICI<<

(Il se pourrait qu’il y ait un délai entre la mise à jour et la livraison . Prière de téléphoner avant de vous y rendre)

(Cliquer sur l’image pour agrandir)

Broché: 224 pages, couverture laminée;

Thème: Immigration / Histoire vécue.

Langue : Français

ISBN: 978-2–9813310-0-7


Maintenant disponible chez Renaud-Bray .

Pour commander en ligne, cliquer ici : >>