Maroc – Provinces du Sud : Un pôle d’investissement et d’affaires en pleine expansion

Les Provinces du Sud, de par les multiples opportunités d’investissement qu’elles présentent et les infrastructures modernes dont elles disposent, constituent incontestablement une opportunité pour les investisseurs en quête de croissance et de performance.

Les potentialités économiques des provinces du Sud et leur position géographique stratégique en tant que région proche de l’Europe et porte ouverte sur le continent africain, un marché de 1,2 milliard de personnes, laissent entrevoir un avenir prospère pour et dans ces provinces.

Dernièrement, le Maroc a su inciter l’attention internationale en tant que voie prometteuse pour les investisseurs en quête d’attache solide en Afrique, tout en retenant une présence sur les marchés mondiaux. Son économie résiliente et ses perspectives de croissance positives font de ce pays nord-africain un pôle régional stratégique de l’investissement en mégaprojets d’infrastructures, en tant que hub séduisant d’investissements.

L’attractivité du Sahara Marocain est d’autant plus renforcée

En 2022, pour la première fois depuis la création des Indices d’attractivité et de stabilité du continent africain, le Maroc atteint la plus haute marche du podium sur la question de l’attractivité en Afrique.

Premier investisseur et principal employeur dans les Provinces du Sud, l’Etat  joue un rôle structurant dans la mise en place des infrastructures, dans l’accès tangible des citoyens aux services indispensables et dans la lutte contre la pauvreté.

Les indicateurs en matière d’éducation, de santé ou de recul de la pauvreté dépassent désormais la moyenne nationale, traduisant les acquis des politiques publiques qui sont certains et précieux. L’unanimité des institutions nationales, l’unité territoriale, l’application du droit commun, la sécurité des biens et des personnes, l’exercice des libertés fondamentales individuelles et collectives dans les mêmes conditions et avec les mêmes garanties constitutionnelles que partout ailleurs dans le pays sont une précieuse expression de leur communauté historique de destin avec les autres régions du Royaume.

La régionalisation avancée ouvre à cet égard des clairvoyances de modernisation et des aubaines de rapprochement entre les citoyens et les instances de décision.

Cette dynamique peut légalement aspirer à attribuer aux Provinces du Sud une fonction de hub entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne à travers un cluster maritime, un plan de connectivité approprié fondé sur le développement des autoroutes, la construction de la rocade atlantique et des routes, le renforcement du réseau portuaire et du transport maritime et aérien, ainsi la mise en place d’une plateforme d’aménagement numérique du territoire et de plateformes logistiques et de commerce. Cette ambition s’appuiera sur l’émergence de pôles d’excellence, ouverts à la coopération internationale.

Potentialités et secteurs porteurs

L’essor économique de la région du Sahara s’appuie sur ses ressources et potentialités maritimes et minières. Elle offre aussi d’autres opportunités de développement dans les secteurs du tourisme, de l’industrie, des services et des énergies renouvelables qui représentent un avantage capital pour l’avenir de cette région.

Industrie, agriculture et pêche maritime

En matière d’industrie et dans l’objectif d’amplifier une dynamique du développement et de créer des opportunités d’emploi, les ports offrent une grande opportunité pour les investisseurs notamment dans le transport des marchandises. Les industries de transformation de poissons et du phosphate, l’agroalimentaire et le stockage de produits pétroliers, d’autres travaux sont en cours pour la réalisation de nouvelles zones industrielles.

Le secteur agricole dans la région du Sahara est de type oasien basé principalement sur la production animale de type pastoral associée à des activités d’agriculture irriguée dans les oasis. Les agriculteurs, qui sont pour la plupart des éleveurs, s’adonnent à l’élevage camelin qui est essentiellement à caractère nomade autour des oasis.

La région du Sahara a connu la réalisation de plusieurs programmes d’aménagement hydro-agricole destinés à l’amélioration de l’irrigation, de mise en valeur agricole et du développement rural pour la valorisation de la production agricole, d’infrastructure de développement de l’immatriculation, de la géodésie et de la topographie outre la mise en place des services d’appui au développement agricole et l’installation d’usines de lait et ses dérivés.

La zone atlantique sud couvrant la région du Sahara est caractérisée par la diversité des espèces halieutiques dont la composition et l’abondance sont conditionnées en grande partie par les facteurs hydro-climatiques qui règnent sur la côte ouest africaine. L’exploitation de cette biodiversité a connu un développement important qui s’est concrétisé par l’accroissement des unités de pêche maritime que ce soit la pêche artisanale, la pêche côtière ou la pêche hauturière.

La volonté d’ériger le secteur des pêches maritimes en tant qu’axe stratégique de développement économique et social de la région s’est concrétisée par la réalisation d’investissements spécialisés tant par le secteur privé pour la flotte de pêche et les industries de valorisation, que le secteur public pour les infrastructures d’accueil et d’encadrement.

Commerce, tourisme et richesses minières

L’ensemble des régions de ce territoire ont connu une intense activité commerciale liée notamment aux centres industriels mis en place dans les grandes villes sahraouies et tout au long du littoral saharien. L’activité commerciale remarquable dans les provinces du Sud a contribué au changement du mode de vie des citoyens sahraouis à la faveur de la promotion du transport terrestre, maritime et aérien des marchandises.

Les provinces sahraouies offrent ainsi, une variété de paysages allant des dunes de sables, des plages, des oasis de palmiers, aux fabuleux canyons outre les gravures rupestres, les courses de dromadaires, les festivals culturels, et les zaouiyas religieux. Les atouts touristiques dont dispose cette région ont constitué la base pour une industrie touristique potentielle dans le Sahara.

Aussi, les provinces du Sud abondent d’importantes richesses minières. On peut citer d’abord le phosphate qui représente la potentielle richesse de la région. A côté des phosphates, le fer et les salins sont aussi comptés parmi les richesses minières dont dispose le Sahara marocain.

Un décollage important en infrastructures

En matière d’infrastructures, les ports disposent de postes à quai pour recevoir les bateaux de pêche hauturière et les cargos chargés de l’évacuation des produits de la pêche, des plates-formes destinées au stockage et au traitement des conteneurs et des espaces réservés à la réparation navale.

De même, les opérations de construction et d’extension des aéroports de la région du Sahara ont été réalisées de façon continue et ont abouti à la construction de plusieurs aéroports. Les côtes de la région du sud du Royaume, d’Agadir à Lagouira, s’étalent sur une longueur de 1700 km, soit un peu plus de la moitié de toute la façade maritime du Royaume. En 1976, la région du Sahara était pratiquement dépourvue de toute infrastructure importante.

Ainsi,  les réseaux routiers ont accompagné l’aménagement portuaire. Il a ainsi établi une complémentarité directe entre les voies terrestres et les voies maritimes suivant une double orientation, d’une part Est-Ouest afin de faciliter l’accès à la mer à partir des régions intérieures et d’autre part Nord-Sud pour créer une liaison directe avec les différents pôles de développement au nord du Royaume. A cela s’ajoute l’amélioration des moyens internes de liaison en créant un maillage de routes reliant les centres ruraux aux agglomérations urbaines pour stimuler les échanges infrarégionaux.

Les secteurs de l’eau et de l’électricité ont enregistré un décollage important à la faveur de la mise en place d’une stratégie pour la promotion de ce secteur vital visant à assurer les missions de production, de transport et de distribution d’énergie électrique et d’améliorer le service d’approvisionnement en eau potable et les conditions sanitaires des populations sahraouies.

Quant au développement du secteur des télécommunications, il s’est concrétisé par la réalisation de nombreux projets qui ont porté notamment sur l’installation et la mise en service de centraux téléphoniques numériques, offrant tout une gamme de facilités et de services ce qui permis de relier la région du Sahara au réseau national de transmission par des liaisons en fibre optique, des liaisons hertziennes numériques, des liaisons radioélectriques ou encore par des liaisons par satellite.

Encore plus de raisons encourageantes pour l’investissement

La situation économique mondiale et la fragilisation de nombreuses économies africaines et de secteurs entiers, à l’instar du tourisme, ont touché de très nombreux pays sur le continent. Pourtant, le Maroc a réussi à maintenir un profil d’attractivité fort dans ce contexte grâce à ses indicateurs macroéconomiques, la qualité de la régulation, le mérite de ses infrastructures et le développement de son système financier.

Parmi les raisons d’investir au Sahara, il y a le coût relativement faible de la main-d’œuvre, sa situation stratégique, entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne, de bonnes infrastructures et la stabilité de la monnaie et du cadre politique stable et serein du pays.

Enfin, grâce à leur situation stratégique et leur climat des affaires stable et à la faveur du dynamisme engendré par les réformes et les projets structurants, les provinces du Sud du Royaume offrent diverses opportunités d’investissement, ce qui leur a permis de devenir une destination de choix pour les capitaux étrangers.

Par Abdel-Jalil Zaidane, (Tétouan; Maroc) pour Maghreb Canada Express , Vol. XX, N°11, Page 06, Édition de NOVEMBRE 2022.

LIRE L’ÉDITION DU MOIS DE NOVEMBRE 2022

Maghreb Canada Express