Immigration : Les français à l’assaut du Canada

Le 24 juillet 1967, le président français Charles de Gaulle termina son discours sur le balcon de l’hôtel de ville de Montréal par un « Vive le Québec libre ! » qui fit le tour du monde et contribua à mettre le Québec sur la carte, tout particulièrement celle de la France.

Crédit Photo : DR et wikimedia

Cet événement n’est pas l’aboutissement normal des relations entre la France et le Québec, mais se situe plutôt en rupture complète avec ceux qui ont précédé, et ce, depuis la reprise des relations commerciales en 1855 : Pour la première fois, un visiteur français décide de venger la défaite de 1763 en faisant fi des susceptibilités d’Ottawa, de Londres ou de Washington, qu’il irrite néanmoins. De cet événement date l’étroitesse des relations franco-québécoises, maintenues par les gouvernements successifs.

Le Canada recrute massivement les Français

En France, les médias parlent régulièrement de l’immense campagne de séduction que le gouvernement du Canada a mis en place pour aller chercher de nouveaux arrivants, de nouveaux travailleurs, dont la plupart seront des nouveaux citoyens. Officiellement, c’est presque un million de nouvelles personnes que ce pays a accueilli en 3 ans. Plusieurs médias français s’étonnent de l’attrait que suscite le Canada auprès de ces concitoyens. Il est vrai qu’un pays où le taux de chômage n’a jamais été aussi bas depuis les années 70, où l’on considère même que c’est une période de plein emploi, un pays où le taux de criminalité ne cesse de baisser, tellement que certains experts s’accordent à dire qu’on atteint le seuil minimum envisageable, un pays qui se classe parmi les premiers en terme de niveau d’éducation, loin devant la France, est un pays qui peut faire rêver. Ajouter à cela qu’un comité recommande que le Canada triple sa population grâce à l’immigration et que justement, le gouvernement du Québec lance même des campagnes de publicité pour faire la promotion de l’immigration dans sa province et que le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau veut augmenter la part des francophones dans les provinces anglophones.

Il faut dire que Le Canada offre un cadre de vie unique : entre nature et modernité, grands espaces et grandes métropoles, et pouvoir d’achat élevé, la qualité de vie est un des principaux arguments à l’immigration dans ce pays.

Un argument convaincant si l’on en croit les chiffres : en 2016, on estimait à plus de 101.541 le nombre de Français installés au Canada, avec une augmentation de 10,23 % en 2016.

La communauté française au Québec

Chaque année, ce sont environ 6.000 Français qui viennent s’installer dans la province québécoise en tant que résidents permanents. Entre-les Français venus étudier, ceux détenteurs d’un visa temporaire ou d’un visa vacances travail, la communauté française au Québec constitue la seconde communauté d’étrangers, et le nombre de candidats à l’expatriation est en constante augmentation depuis une dizaine d’années. Ce phénomène s’explique en partie grâce au programme vacances travail (PVT) qui permet aux jeunes Français de voyager et de travailler au Canada.

 La communauté française est bien intégrée et très active au Québec, le français facilitant le contact et l’acclimatation. Pour preuve, l’explosion du nombre de licenciés de football, ou soccer au Canada, qui a atteint 180.000 adhérents en 2016, et qui a donc dépassé du double le nombre de licenciés de hockey sur glace; sport national canadien.

Cette montée en puissance est notamment due aux initiatives portées par les expatriés français dans le développement des clubs, institutions, infrastructures.

La communauté française dans les autres provinces

Parce qu’il n’y a pas que le Québec au Canada, les autres provinces jouissent d’un regain d’intérêt de la part des expatriés français.

L’Ontario, avec sa capitale Toronto, attire de plus en plus de français, mais aussi l’Alberta, province surtout connue pour la ville de Fort McMurray et ses sables bitumineux, sans oublier la Colombie-Britannique avec la troisième aire urbaine du pays, Vancouver.

Même si les autres provinces sont majoritairement anglophones, les communautés francophones y sont aussi présentes. Des associations telles que la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique ont pour mission de préserver et diffuser la langue et la culture francophone en dehors du Québec.

Les Français vus par les Québécois

Au Québec, il y a cette idée que les immigrants français restent d’éternels touristes qui ne s’adaptent jamais complètement et qui, du coup, se croient toujours supérieurs aux autres. Finalement, les gens hésitent de lancer une discussion, de peur qu’ils commencent à détailler tout ce qui ne va pas. 

Comme c’est le cas partout à travers le monde, les Québécois voient les Français comme des gens qui pètent plus haut que leur cul. Et particulièrement au Québec ça ne passe pas, car l’orgueil est considéré comme un gros péché (exemple notable : les vedettes québécoises doivent faire semblant d’être comme tout le monde pour se faire aimer). 

L’impression que les Français sont prétentieux est exacerbée par le fait que leur façon de parler passe pour du langage soutenu, sans compter que certains Gaulois se permettent de rectifier la grammaire québécoise. 

On ne peut pas vraiment leur donner tort : C’est vrai que les Français sont prétentieux et râleurs.

Les Français sont réputés pour voir chaque conversation comme un défi intellectuel et un combat à mener. Si pour un Français, le débat est synonyme d’intelligence, du point de vue de l’interlocuteur québécois, c’est juste lourd. Et c’est compréhensible.

N’oublions pas qu’il y a des siècles que l’empire français a cédé la Nouvelle-France aux Anglais. Les Québécois gardent toujours profondément enfouie cette rancœur inconsciente contre les Français.

Si vous êtes québécois et que vous lisez cet article, n’hésitez pas à écrire au journal et à ajouter toutes les autres choses horribles que vous pensez des Français. Ne soyez pas timide car l’énorme égo français survivra à vos commentaires !

Par Mustapha Bouhaddar pour Maghreb Canada Express, Vol. XIX, N°07 , page 06 , Juillet 2021

Pour lire l’Édition du MOIS DE JUILLET 2021, cliquer sur l’image :

Maghreb Canada Express