AUKUS : Partenariat États-Unis-Royaume-Uni-Australie

Le nouveau partenariat AUKUS, la nouvelle alliance géopolitique de l’Australie, du Royaume-Uni et des États-Unis, pour renforcer la sécurité dans la zone des océans Indien et Pacifique envisage la fourniture de la technologie nécessaire par les États-Unis et la Grande-Bretagne à l’Australie pour être en mesure de développer des sous-marins à propulsion nucléaire. Cette décision précipitée est clairement un changement de stratégie et de politique dans l’ensemble de la région.

Isidoros Karderinis

Avec ce geste, les États-Unis montrent qu’ils reviennent dynamiquement dans une zone de grande importance stratégique, afin de défendre leurs propres intérêts et ceux de leurs alliés, et de freiner les démarches agressives du Parti communiste chinois au pouvoir et limiter son influence principalement dans l’océan Pacifique, mais aussi dans l’océan Indien, la mer de Chine méridionale et le bassin de l’Indochine. Washington avec AUKUS redéploye ses forces sur l’échiquier mondial pour faire face à la Chine, le pays qui est perçu comme la plus grande menace pour la suprématie américaine.

De son côté, la Grande-Bretagne, après le Brexit, tente de renforcer son rôle mondial, de lancer sa nouvelle identité géopolitique, celle de World Britain, et «brûle» de s’impliquer plus activement dans la zone Asie du Sud et Pacifique, tandis que l’Australie partage l’Anglo-américaines inquiétudes quant à la montée en puissance du dragon chinois.

Les USA avaient besoin d’une action géopolitique rapide au niveau de la «superpuissance» sous le régime de la mauvaise gestion du retrait d’Afghanistan et se sont donc tournés vers les pays anglo-saxons, avec lesquels ils entretiennent également des liens linguistiques et culturels forts, tout en excluant les négociations avec les autres pays puissants dans la zone. Dans une déclaration publiée par AUKUS le 15 septembre dernier avec les Premiers ministres australien et britannique, Scott Morrison et Boris Johnson, le président Joe Biden a souligné qu’il s’agissait « d’un investissement dans notre plus grande source de force, nos alliances« .

 Cependant, la non-invitation de la France au Partenariat méconnaît le fait que la France a des intérêts géopolitiques spécifiques dans la région Indienne et Pacifique, à la fois en termes de sécurité internationale et parce qu’elle possède des territoires français dans la région élargie. Elle compte environ 7000 soldats et compte près de 2 millions de civils, y compris ses territoires insulaires, comme la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française.

Par ailleurs, l’accord prévoit une coopération dans de nombreux domaines de la défense et de la technologie, de l’information et de la technologie quantique, ainsi que l’acquisition de missiles de croisière, mais son aspect le plus important concerne les sous-marins à propulsion nucléaire, qui seront construits à Adélaïde, en Australie-Méridionale, avec l’implication des États-Unis et de la Grande-Bretagne dans un rôle de conseil et de savoir-faire pour leur production.

Ces sous-marins sont beaucoup plus difficiles à détecter que les sous-marins conventionnels, fonctionnent silencieusement et se déplacent facilement. Ce sont des super-armes dotées d’une technologie de pointe que les deux pays se sont engagés depuis 1958 de ne pas se libérer l’un à l’autre. Dans le cadre de l’accord AUKUS, au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire seront construits, mais il n’a pas été précisé quand ils rejoindront la marine australienne, qui n’a pas d’infrastructure nucléaire et donc le processus sera retardé. Cependant, ils ne porteront pas d’armes nucléaires, comme l’a précisé le Premier ministre australien Scott Morrison.

 Le gouvernement chinois a également réagi à l’annonce d’une décision d’équiper l’Australie de sous-marins nucléaires, accusant Washington de revenir dans des logiques rappelant la guerre froide. Force est de constater que les données évoluent à une vitesse fulgurante et que la planète entière semble regarder les deux plus grandes puissances de l’époque se préparer à toutes les éventualités, même celle d’un conflit militaire.

La vente de ces huit sous-marins nucléaires à l’Australie pose également la question de l’énergie nucléaire, non pas des armes nucléaires non comprises dans la vente, mais des réacteurs de propulsion des sous-marins nucléaires. Il ne viole pas les traités sur la prolifération nucléaire, mais s’il trouve des imitateurs parmi les pays négociant leurs capacités nucléaires, comme l’Iran, la situation deviendra encore plus compliquée.

La plupart des États des océans Indien et Pacifique préoccupés par l’agressivité croissante de la Chine se tournent vers les États-Unis, et non la France, pour équilibrer la puissance chinoise. Ainsi, le Japon et l’Inde, les deux plus grandes économies de la région en dehors de la Chine, ont accueilli AUKUS. Singapour, qui a toujours soigneusement équilibré ses relations avec les États-Unis et la Chine, a également salué l’accord. La Nouvelle-Zélande a également fait des commentaires positifs sur la nouvelle alliance et le rôle qu’elle peut jouer dans le maintien de l’équilibre. Cependant, il a précisé que les sous-marins australiens n’ont pas leur place dans ses eaux territoriales.

En revanche, le coût de cette option semble être très élevé car elle aliène et divise les alliés européens. «Les principes fondamentaux de toute alliance sont la solidarité et la transparence. Nous assistons ici à un manque total de transparence et de solidarité», a déclaré le président du Conseil européen Charles Michel. «Le président Joe Biden doit des explications à la France. De nombreuses questions restent sans réponse. L’un de nos États membres a subi une injustice flagrante et inacceptable. Cela doit être clarifié avant de revenir au nôtre», a également exprimé son mécontentement dans une interview à CNN, la cheffe de la Commission, Ursula von der Leyen.

La rupture avec la France due à l’annulation de la commande de 12 sous-marins nucléaires de type « Barracuda », d’une valeur de 90 milliards de dollars, un aspect critique de la « diplomatie de l’armement », qui nuit clairement à la construction navale et à l’économie françaises, et la grande colère justifiée du gouvernement français, renforce la crise de l’OTAN à un moment critique. Et dans le même temps, le retrait brutal des États-Unis d’Afghanistan, sans tenir compte de leurs alliés, crée un nouveau paysage pour les questions de sécurité collective dans une région plus large.

En conclusion, je voudrais souligner que la question cruciale et la plus importante qui se pose est de savoir si AUKUS sera essentiel pour essayer de contenir la Chine. Et la réponse est que c’était certainement au niveau de la communication politique car cela a fait grand bruit et détourné l’attention de la défaite humiliante des Américains en Afghanistan, mais les dimensions réelles et les résultats finaux de cette alliance tripartite dont le but est beaucoup plus large que celui mentionné dans l’annonce, ne sont pas encore visibles. Dans le même temps, cependant, le désordre et toute scission dans le camp occidental sont très difficiles à inverser ou à guérir en peu de temps.

Par Isidoros Karderinis (1) pour Maghreb Canada Express, Vol. XIX, N°10 , page 11, Octobre 2021

(1) Au sujet de l’auteur

Isidoros Karderinis est né à Athènes en 1967. Il est romancier, poète et journaliste. Il a étudié l’économie et a terminé des études de troisième cycle en économie du tourisme. Ses articles ont été publiés dans des journaux, des magazines et des sites Web du monde entier. Ses poèmes ont été traduits en anglais, français et espagnol et publiés dans des anthologies poétiques, des magazines littéraires et des chroniques de journaux littéraires. Il a publié huit recueils de poésie et trois romans en Grèce. Ses livres ont été traduits et publiés aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Italie et en Espagne.

Social media :

Facebook: Karderinis Isidoros

Twitter: isidoros karderinis

Linkedin: ISIDOROS KARDERINIS

Gettr: ISIDOROS KARDERINIS

LIRE L’ÉDITION DU MOIS D’OCTOBRE 2021

Maghreb Canada Express