Retour sur la fin tragique du petit Marocain Rayan

Le 5 février , le petit marocain Rayan fut retiré sans vie du puits où il tomba ce 1ier février 2022.

L’émotion fut alors à son comble, non seulement au Maroc, mais un peu partout dans le monde. Les scènes de journalistes éclatant en sanglots en direct ne furent pas rares et les témoignages de solidarité, de compassion et d’empathie affluèrent de toute part pour soutenir la famille du défunt dans son malheur.

Que reste-t-il de tout cela un peu plus de 2 semaines après cette tragédie ?

Le monde se retourna petit à petit vers ses misères quotidiennes : Manifestations contre la flambée des prix, inquiétude devant une guerre OTAN-Russie en Ukraine, débats pré-électoraux décisifs… etc, etc. Il faut que la « vie continue » certes; Va-t-on oublier Rayan et la leçon qu’à donné Rayan aux, marocains, aux maghrébins, aux arabes et presque à tout le Monde ? Ce n’est pas l’avis d’Abdel-Jalil Zaidane qui nous fit parvenir ce témoignage :

L’enfant Rayan… L’histoire marocaine qui a retenu le souffle du monde

C’est peut-être l’une des rares histoires qui unissent le monde d’un bout à l’autre, dans l’attente, qui a duré cinq jours consécutifs. Son titre est ‘‘l’humanité’’ dont la victime est un enfant qui porte en lui l’innocence et la spontanéité, et sa particularité est que la politique de division et de différence des peuples, en était la plus absente.

C’est l’histoire de l’enfant marocain Rayan, âgé de plus de cinq ans et qui est devenu la première et instante nouvelle pendant cinq jours, pour les agences de presse internationales et les écrans de télévision, dont la programmation en était réservée pour couvrir l’opération de ‘‘sauvetage Hollywoodien’’ qui, malheureusement, s’est soldé en tragédie.

Rayan n’est pas le seul enfant à s’être retrouvé au centre de l’action.

 Nombreux sont des enfants qui ont affronté des drames de toutes sortes, et qui le sont encore, dans les pays sous-développés et dans le monde arabe en particulier où les enfants sont soumis aux pires formes d’injustice.

Néanmoins, Rayan a réalisé, sans s’en rendre compte, ce que des groupes puissants ne pouvaient pas faire ensemble. L’enfant, qui luttait pour survivre avec son petit corps, s’est transformé en titre d’endurance et de résistance pendant cinq longs jours, et son cas a focalisé une sympathie sans pareille, avant que la « joie » que certains s’empressaient de conclure ne soit volée en un « grand chagrin ».

Les cent heures que l’enfant Rayan a vécues dans le froid et l’obscurité, restent « son petit secret ».

Mais quelle est l’histoire de cet enfant, dont la dimension humaine transcende les frontières et la géographie du Maroc ? Quel ‘‘secret’’ a fait d’un enfant de cinq ans, un ‘‘symbole’’ qui a incité beaucoup de personnes à ‘‘revoir’’ leur vision de la vie?

Comment  a-t-elle commencé cette histoire – tragédie?

L’histoire a commencé l’après-midi du mardi 1er février 2022 lorsqu’un enfant s’est perdu. Peut-être s’amusait-il, sans ses parents, dans le village d’Agran dans la province de Chefchaouen au nord du Maroc. Au bout d’un moment, les parents ont appris qu’il était peut-être tombé dans un puits abandonné, à 62 mètres de profondeur, et ont appelé les équipes de secours qui se sont assurées que l’enfant y était.

De nombreux jeunes hommes se sont portés volontaires pour faire sortir l’enfant, mais leurs tentatives ont été entravées par l’étroitesse du trou, son diamètre ne dépasse pas 45 centimètres et il se rétrécit en descendant jusqu’au fond.

La nouvelle de l’enfant coincé s’est répandue et la sympathie populaire a commencé avec son histoire, des militants ont lancé sur Twitter un hashtag avec le nom ‘‘Save Raya’’ pour pousser les autorités à faire davantage pour sauver la vie du petit garçon.

Les autorités ont répondu à l’appel, les équipes ont descendu une caméra qui surveillait les déplacements de l’enfant et ont constaté qu’il était toujours en vie et coincé à 32 mètres de profondeur. Il a été alimenté en eau et en oxygène par des tubes pour préserver sa vie jusqu’à ce que les sauveteurs puissent l’atteindre. Bien que la nourriture lui ait été donnée, il n’a pas été confirmé qu’il en avait mangé.

Scénarios de l’opération de sauvetage

La nature du sol mouvant et instable a empêché l’expansion du diamètre du trou au milieu des craintes que les pierres ne tombent sur l’enfant et lui fassent plus de mal.

Au final, les équipes ont adopté un mécanisme de creusement latéral pour atteindre un point parallèle à l’endroit où se trouvait l’enfant pour creuser ensuite un chemin vers celui-ci. Depuis la fin du deuxième jour de la chute de Rayan, quelques mètres le séparaient des équipes de secours, mais la nature géographique en faisait plutôt des kilomètres !!

Les sympathisants ont afflué de tout le Maroc et les médias ont installé leurs caméras près de la colline devenue un atelier aux allures d’une ruche, travaillant sans relâche 24 heures sur 24.

Alors que les autorités intensifiaient leurs efforts, auxquels participaient des bulldozers et des dizaines d’équipes dont la protection civile, la gendarmerie royale, les forces auxiliaires et le staff médical, les réseaux sociaux s’intensifiaient  au milieu d’interminables prières.

Creuser une tranchée parallèle au puits

Vendredi 04 février, la télévision marocaine a annoncé que les équipes de secours avaient fini de creuser une tranchée de 31 mètres de profondeur parallèle au puits. Des tuyaux en béton d’un diamètre d’un mètre ont été manœuvrés dans le processus d’excavation horizontale, qui se déplaçait à un rythme lent dans les derniers mètres, pour éviter toute érosion du sol. Un hélicoptère hautement médicalisé a également été préparé pour l’emmener à l’hôpital dès qu’il aurait été secouru.

Démarrage manuel du forage

Rayan essayait de reprendre son souffle dans le puits glacial, tandis que des sympathisants au Maroc et à l’étranger priaient et souhaitaient que le garçon soit de retour en toute sécurité dans les bras de sa famille.

Après le coucher du soleil, des spécialistes ont commencé à creuser manuellement un débouché horizontal vers l’enfant coincé, après que les bulldozers aient fini de creuser une pente de 32 de profondeur, parallèle au puits dans lequel l’enfant était coincé.

La dernière phase de sauvetage

Au samedi matin 05 février 2022, l’opération de sauvetage est entrée dans sa «phase finale», et l’impatience était grande et surtout que les efforts de sauvetage ont été retardés malencontreusement par certains glissements de terrains.

Alors que les équipes de secours poursuivaient la phase de creusement manuel du tunnel horizontal pour atteindre Rayan, le hashtag « Save Rayan » continuait d’occuper la plateforme Twitter dans de nombreux pays. Le monde était bloqué devant les écrans de télévision, tandis que de nombreuses pages de Facebook diffusaient en direct l’opération de sauvetage, suivie de centaines de milliers en direct.

Les équipes de secours marocaines ont utilisé un grand réservoir en fer pour sécuriser le creusement manuel du port horizontal pour récupérer l’enfant. Le réservoir en fer, d’un diamètre d’un mètre et demi, ainsi que de gros tuyaux en béton, étaient un moyen de protéger les équipages d’un éventuel effondrement de roche pendant le forage manuel, et au risque de s’évanouir en raison du manque d’oxygène à l’intérieur et surtout quand ils refusent de s’arrêter pour se reposer ou même manger aussi peu que nécessaire..

Les pouvoirs publics régionaux et provinciaux sont restés sur place jour et nuit présents ont prouvé une grande leçon de dévouement, de sacrifice et de haut patriotisme.

Au fil de la journée, la solidarité avec Rayan s’est poursuivie, avec des stars du football, des artistes, des professionnels des médias et des politiciens qui l’ont rejoint. Des blogueurs de nombreux pays comme l’Algérie, l’Irak, le Yémen, le Canada et les États-Unis ont tweeté en plusieurs langues pour exprimer leur espoir de sauver l’enfant.

Bien que l’état de santé de Rayan n’ait pas été révélé, les quelques heures ont semblé une éternité pour les foules rassemblées autour du site, qui attendaient une fin heureuse à une histoire de cinq jours.

Processus réussi et joie inachevée

Le samedi soir, l’attention s’est concentrée sur l’entrée du tunnel pendant plus d’une heure, et les forces de sécurité qui ont renforcé leur déploiement sur place ont érigé des barrières pour empêcher la foule qui se rassemblait d’entraver les efforts des équipes de secours, jusqu’à ce que les équipes aient pu rejoindre Rayan. Ce dernier, a subi une intervention médicale urgente et a été transféré par une ambulance équipée à l’hélicoptère Royal, qui l’attendait pour l’emmener à l’hôpital militaire de la capitale, sous haute sécurité.

Les parents de la victime recevant par téléphone, sur les lieux de l’accident, les condoléances du Roi du Maroc SM Mohammed VI, juste après la découverte du corps inanimé du petit Rayan

L’opération de sauvetage a réussi, et l’espoir était grand pour une fin heureuse, et l’atmosphère de joie l’a emporté sur l’accomplissement escompté, tandis que les téléspectateurs ont repéré les parents de l’enfant quittant le tunnel créé sans montrer aucune expression après avoir vu leur enfant hélas décédé.

Tous les marocains étaient profondément attristés, après que la nouvelle de la mort de l’enfant se soit répandue, d’autant plus que la foule entourait le site de fouilles, attendant d’entendre l’heureuse nouvelle, armée de certitude et d’espoir que Rayan en sortirait vivant, malgré leurs attentes des répercussions sur sa santé qui pourraient l’affecter à la suite d’un séjour aussi long dans le puits.

Quelques minutes plus tard, la télévision marocaine a annoncé la mort de l’enfant Rayan avant que les équipes de secours ne l’atteignirent.

Le Roi du Maroc a présenté ses condoléances à tous les membres de la famille du défunt dans cette perte tragique ». Le communiqué royal a indiquait que sa majesté  suivait de près les développements de cet incident tragique en précisant qu’ il a donné ses instructions à toutes les autorités concernées afin de prendre les mesures nécessaires et de faire le maximum d’efforts pour sauver la vie du défunt.

Une histoire « inspirante » qui a fait pleurer le monde

Ryan ne savait pas que sa tragédie toucherait le cœur de millions de personnes. Mais la fin tragique de son histoire a ébranlé les sentiments de millions de personnes qui ont suivi les développements de son sauvetage, et des messages de condoléances ont inondé les réseaux sociaux.

Rayan est désormais devenu un symbole de l’amour de la vie, de défi, de résistance et de solidarité exprimé par les marocains et les étrangers, en particulier envers les habitants de la région qui n’ont pas quitté le lieu du drame pendant cinq jours, prêtant assistance aux équipes de secours et aux médias qui accompagnaient les détails de cette opération.

Une autre tragédie s’est ajoutée aux tragédies des enfants dans notre monde. Certes, elle ne ressemble pas à celle d’autres enfants dont l’enfance leur a été volée, pour des raisons liées à des conflits et à des guerres dans lesquelles ils n’ont rien à voir. Mais c’est une histoire « inspirante », même si sa fin n’était pas ce que tout le monde avait espéré. Quant à sa morale, il reste que ‘‘l’humanité’’ qui a uni le monde entier pendant des jours, vaut ‘‘victoire’’ même si le ‘‘mal’’ est dominant, du moins en apparence.

Par Abdel-Jalil Zaidane,Tanger (Maroc) pour Maghreb Canada Express