Le Canada dans le congélateur

Canada froidDes alertes de froid intense sont en vigueur pour plusieurs provinces et territoires canadiens. Le mercure frappe de nombreuses régions de Winnipeg à Québec et de Thunder Bay à Yellowknife.

Il fait notamment -33 degrés à Roberval, -29 à Winnipeg, -28 à Yellowknife et -25 à Iqaluit. Des alertes de froid intense sont en vigueur pour les provinces et territoires suivant:

  • Manitoba
  • Ontario
  • Québec
  • Terre-Neuve-et-Labrador
  • Nouvelle-Écosse
  • Nunavut
  • Yukon

La vague de froid s’intensifiera encore au cours de la journée de mercredi, qui devrait être la plus froide de la semaine.

Le froid intense cause des problèmes, notamment aux gens qui travaillent à l’extérieur, comme les matelots, les travailleurs de la construction et les éboueurs. Certains chantiers de construction doivent même être fermés puisque certains matériaux, comme le béton, ne peuvent être manipulés par temps aussi froid.

Hydro-Québec appelle à la retenue

La consommation d’énergie connaît des sommets en cette période de grand froid. Toutefois, Hydro-Québec ne signale aucune panne en ce moment. « Le froid n’entraîne pas une augmentation du nombre de pannes », explique le porte-parole d’Hydro-Québec, Patrice Lavoie.

Hydro-Québec demande à ses clients d’éviter de trop solliciter son réseau en prenant certaines mesures simples de la vie quotidienne. Les abonnés peuvent maintenir la température ambiante de la maison – particulièrement dans les pièces inutilisées – un degré sous la normale pour économiser l’énergie allouée au chauffage. Plus de la moitié des factures d’électricité est attribuable au chauffage au Québec, selon M. Lavoie.

La société d’État recommande également d’éviter d’utiliser les lave-vaisselle et les sécheuses et de limiter la consommation d’eau chaude en période de pointe, soit de 7 h à 9 h le matin et de 16 h à 20 h le soir.

Des trucs pour que la voiture démarre

« À partir de -24 degrés, on voit le nombre d’appels augmenter », explique le porte-parole de CAA-Québec, Cédric Essiminy. Il ajoute que les composantes des voitures ne sont pas affectées par les facteurs éoliens et humidex que nous ajoutons à la mesure de la température dans nos bulletins de météo.  Lire la suite …

Source : Radio Canada